•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Sécurité informatique avec Geneviève Lajeunesse : Les jouets connectés

Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du lundi 4 juin 2018

Sécurité informatique avec Geneviève Lajeunesse : Les jouets connectés

Jouets connectés : une menace à votre sécurité

La poupée Cayla se tient debout sur une table dans un magasin de jouets
Faut-il avoir peur de la poupée Cayla. L'Allemagne a récemment interdit la vente de la poupée connectée parce qu'elle permettrait à des pirates informatiques d'écouter des conversations privées et de parler aux enfants.PHOTO : AFP
Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireursPublié le 5 juin 2018

Les consommateurs allemands se sont fait recommander l'année dernière de « détruire » leur poupée connectée Cayla parce qu'elle présentait, selon les autorités locales, de graves risques pour la sécurité. Geneviève Lajeunesse, directrice par intérim de Crypto.Québec, explique comment l'ensemble de ces jouets dits « connectés » posent des risques élevés sur nos données personnelles et notre réseau wifi maison.

Les jouets connectés, que ce soit par wifi ou Bluetooth, contiennent généralement certains systèmes intelligents comme la géolocalisation ou la reconnaissance vocale ou faciale, fonctionnant à l’aide d’un microphone ou d’une caméra. Ces systèmes qui s’intègrent par exemple à une poupée ou à un ourson en peluche et génèrent énormément de données que le fabricant compiles de son côté.

Pourquoi s’inquiéter des jouets connectés?

Contrairement aux autres objets connectés, explique Geneviève Lajeunesse, les jouets connectés sont principalement utilisés par les enfants, ce sont donc ces dernies qui leur parlent. Les autres types d'objets connectés, par exemple un assistant personnel comme Siri ou Alexa, sont employés par des adultes qui sont conscients du contexte. Autre problème : les normes sont moins encadrées pour les produits connectés destinés aux enfants que pour, par exemple, les frigos ou les téléphones. Les enfants auraient aussi plutôt tendance à tout dire sans filtre, ce qui peut être alléchant pour des annonceurs potentiels. Enfin, un ourson en peluche du petit dernier qui n’a couté que 50$ et qui finitdans le fond d'un garde-robe est très facile à oublier. Cela ne l'empêche pas de continuer à enregistrer des informations et de les envoyer par Internet.

La sécurité de son réseau wifi en jeu

En plus de représenter des risques liés aux données personnelles, ces jouets peuvent également menacer la sécurité informatique de votre réseau sans-fil à domicile. Selon Mme Lajeunesse, ces appareils sont beaucoup plus vulnérables aux logiciels malveillants qui s'en serviraient comme porte d'entrée à votre réseau wifi personnel.

« C'est un petit projet d’un après-midi pour un pirate informatique »

—  Geneviève Lajeunesse, directrice par intérim de Crypto.Québec

Selon des chercheurs, la sécurité informatique de ces jouets est ainsi facile à compromettre : « C'est un petit projet d’un après-midi pour un pirate informatique », précise Mme Lajeunesse. En outre, les fabricants font souvent appel à des firmes externes pour munir leurs produits de fonctions connectées et n’accordent que peu d’importance aux données recueillies et à leur utilisation.

En Allemagne, la poupée Cayla avait été considérée par les autorités comme l’équivalent d’un appareil de surveillance en raison de la présence du micro et du manque de sécurité informatique du jouet.

Quoi faire?

Il est donc conseillé de choisir des jouets connectés qui respectent les dernières règles européennes en matière de vie privée sur Internet. On peut aussi se rabattre sur un jouet qui fonctionne avec des piles amovibles, ce qui permet d’assurer une plus grande sécurité informatique lors qu’il n’est pas allumé.

Geneviève Lajeunesse recommande tout de même, le plus possible, d’éviter simplement ces jouets en raison des trop grands risques qu’ils posent encore aujourd’hui.