•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du mardi 20 mars 2018

Dermatologie avec Evelyn Hayes : La perte de cheveux chez la femme

Alopécie au féminin : comprendre la perte de cheveux chez la femme

Publié le 20 mars 2018
Une personne aux cheveux longs tient une brosse à cheveux.
Il est normal de perdre entre 50 et 100 cheveux par jour­.PHOTO : iStock / ipopba

« Dans l'identité féminine et l'estime de soi, une perte de cheveux, ça peut être catastrophique. » La dermatologue Evelyn Hayes parle des origines et des traitements de l'effluvium télogène, l'une des trois sortes de perte de cheveux qui touchent les femmes.

En gros, ce type de perte de cheveux est liée à un décalage de la phase télogène de la croissance des cheveux, soit la phase où le cheveu mort attend d’être poussé par un nouveau cheveu.

Normalement, une personne perd de 50 à 100 cheveux par jour. Dans le cas d'une personne atteinte d’effluvium télogène, quelque 400 cheveux peuvent être perdus quotidiennement en raison de ce décalage de cette phase, conduisant parfois à une perte de 40 % de la chevelure.

« Il faut voir l’effluvium télogène comme un phénomène réactionnel, où les cheveux sont précipités dans cette phase télogène. »

—  Evelyn Hayes

Les causes du décalage

Les changements métaboliques et les stresseurs sont les grands responsables des changements dans les phases de croissance des cheveux.

Par exemple, les femmes enceintes produisent davantage d’œstrogène, ce qui prolonge la phase anagène, soit la phase active de croissance des cheveux. « Souvent, les femmes sont très contentes de leurs cheveux durant la grossesse. Elles ont une belle densité. » Cette prolongation de la phase anagène amène une synchronisation du cycle folliculaire.

« Quand on arrive à l’accouchement, tous ces cheveux vont à la phase télogène en même temps. Donc, trois mois après la grossesse, il peut y avoir une chute importante de ces cheveux-là. »

—  Evelyn Hayes

Le stress émotionnel, une infection sévère avec de la fièvre, une chirurgie, une diète sévère, certains médicaments et certains problèmes thyroïdiens sont d’autres causes de l’effluvium télogène.

« Il faut rassurer les gens : ç’a une durée limitée, qui n’est généralement pas de plus de six mois. Il y a ensuite une repousse spontanée », conclut-elle.