•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Design d'objet avec Sylvain Allard : Livraison de repas à domicile

Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du mardi 20 février 2018

Design d'objet avec Sylvain Allard : Livraison de repas à domicile

Le coût environnemental énorme des repas prêts à cuisiner

Des emballages alimentaires de plastique et de carton
Les emballages de la recette de bœuf au quinoa de GoodfoodPHOTO : Radio-Canada / Coralie Mensa
Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireursPublié le 21 février 2018

« On a une multiplication d'emballages pour arriver à un service qui amène aux consommateurs un ou deux repas. Donc, on n'est pas du tout dans la diminution : on est dans l'augmentation effrénée d'emballages », note Sylvain Allard, professeur à l'École de design de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), au sujet des boîtes de repas prêts à cuisiner. Bien que simples et pratiques, ces produits, qui gagnent énormément en popularité, engendrent un coût environnemental non négligeable.

Les entreprises de boîtes repas misent beaucoup sur l’argument selon lequel leurs produits ne génèrent aucun gaspillage alimentaire. C’est peut-être vrai, concède Sylvain Allard, mais cela ne veut pas nécessairement dire que les repas prêts à cuisiner n’ont aucune empreinte écologique. La livraison de ces produits et l’utilisation d’une quantité importante d’emballages viennent, en quelque sorte, torpiller l’argument du gaspillage alimentaire.

Sylvain Allard a fait un test avec une boîte de prêt-à-cuisiner contenant deux repas :

« On nous vend que c’est une façon d’éviter le gaspillage alimentaire, mais c’est une façon de détourner le problème : oui, on diminue le gaspillage alimentaire, ce qui est vertueux en soi, mais on annule ça complètement avec l’empreinte CO2 et on annule ça encore plus avec la quantité d’emballages. Donc, dans le fond, on donne d’un côté ce qu’on prend de l’autre, et sur le plan de l’empreinte écologique, on n’a rien gagné du tout. »

—  Sylvain Allard, professeur à l'École de design de l'UQAM

Le marché du prêt-à-cuisiner est évalué à 150 millions de dollars au Canada. On estime que ce chiffre pourrait doubler d’ici deux ans.