•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Neurosciences avec Dave Ellemberg : Les souvenirs olfactifs

Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du mercredi 20 décembre 2017

Neurosciences avec Dave Ellemberg : Les souvenirs olfactifs

Voyager dans le temps grâce aux odeurs

Un couple décore un sapin de Noël.
Un couple décore un sapin de Noël.PHOTO : iStock / targovcom
Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireursPublié le 21 décembre 2017

L'odeur du sapin de Noël qui rappelle des souvenirs d'enfance n'est pas anodine. Le simple passage d'une odeur peut nous transporter dans le temps de façon soudaine et immédiate. Le chroniqueur et professeur à l'Université de Montréal David Ellemberg se penche sur le phénomène des souvenirs olfactifs, les souvenirs les plus résistants au passage du temps.

« C’est comme si vous reviviez le moment. Vous voyez vos parents, le sapin, les ornements. Vous ressentez aussi la joie que vous avez vécue à ce moment-là. »

— Une citation de  David Ellemberg, professeur

Le sens de l’odorat est le seul de nos sens qui arrive à nous replonger dans les expériences de notre enfance, précise-t-il. Les odeurs sont en effet liées aux émotions et à ce qu'on appelle la mémoire autobiographique.

« Cette mémoire fait exactement ce que les autres formes de mémoire ne font pas et ne peuvent pas faire. Elle nous permet de retourner mentalement dans notre passé. Elle nous fait voyager dans le temps. »

Les souvenirs olfactifs se démarquent par leur puissance et les émotions qu'ils suscitent, beaucoup plus fortes. Les odeurs de la tendre enfance sont souvent plus faciles à se remémorer, en particulier pour la période de 5 à 8 ans, pour laquelle les autres types de souvenirs sont généralement plus diffus.

Des chercheurs ont d’ailleurs calculé que les souvenirs olfactifs sont peu sujets à l’oubli, avec un taux d’environ 5 % à 10 %, alors que les autres souvenirs s’oublient plutôt dans un ordre de 50 %.

Dans la cavité nasale, près de 40 millions de récepteurs olfactifs encodent – selon leur type – une odeur différente et envoient leurs impulsions nerveuses directement à des structures du cerveau impliquées dans les émotions et la mémoire. Cela est différent des autres sens, qui projettent leurs impulsions nerveuses à travers plusieurs synapses avant de se rendre au cerveau. C’est aussi pour cela qu’il est plus difficile de reconnaître et de nommer des odeurs, contrairement à la plus grande facilité que nous avons pour reconnaître des sons ou des images.