•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Nutrition avec Bernard Lavallée : L'alimentation et le cycle hormonal

Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du jeudi 2 novembre 2017

Nutrition avec Bernard Lavallée : L'alimentation et le cycle hormonal

Non, les graines de lin et de citrouille ne régulent pas le cycle menstruel

Des graines de tournesol, de citrouille et de lin
Des graines de tournesol, de citrouille et de linPHOTO : iStock
Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireursPublié le 3 novembre 2017

La nouvelle tendance en alimentation qui consiste, pour les femmes, à consommer des graines de lin et de citrouille afin de contrôler leur cycle menstruel ne passe pas la rampe d'un point de vue scientifique, dit le nutritionniste Bernard Lavallée. Cette méthode, qui permettrait de réguler les hormones comme l'œstrogène et la progestérone, ne s'appuie sur aucune base scientifique concluante.

En gros, le cycle des semences (seed cycling), dont la popularité est grandissante depuis quelques années, est une pratique alimentaire qui consiste à manger certaines graines à des moments bien précis tout au long du cycle menstruel.

La consommation de graines de lin, de graines de citrouille, de graines de sésame et de graines de tournesol, qui contiennent des molécules appelées phytœstrogènes, permettrait aux femmes, selon cette théorie, de se sentir mieux, favoriserait un cycle menstruel régulier, redémarrerait les menstruations en cas d’aménorrhée et les aiderait à diminuer les symptômes de la ménopause.

Si certains chercheurs ont découvert que les phytœstrogènes, chez les souris, peuvent interagir avec les récepteurs des œstrogènes et avoir potentiellement des effets sur la santé, rien n’a encore été prouvé du côté de l’être humain, tient à préciser Bernard Lavallée.

« Il y a plein d’études qui ont été faites chez l’être humain, et à peu près chaque fois qu’on évalue la consommation d’aliments riches en phytœstrogènes comme les graines de lin, les graines de citrouille ou le soya, on ne trouve à peu près jamais d’effets réels, ni négatifs ni positifs, sur la santé. »

— Une citation de  Bernard Lavallée, nutritionniste

Bernard Lavallée conseille aux femmes qui seraient tentées d’adopter cette pratique d’en parler tout d’abord à leur médecin ou à leur gynécologue.