•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du lundi 19 juin 2017

Mode avec Madeleine Goubau : Les vêtements de maternité

Mode et femmes enceintes : contourner la « taxe bedaine »

Publié le 20 juin 2017
Madeleine Goubau a mené une enquête sur les réseaux sociaux pour connaître les besoins des femmes enceintes en matière de mode.
Madeleine Goubau a mené une enquête sur les réseaux sociaux pour connaître les besoins des femmes enceintes en matière de mode.PHOTO : Radio-Canada / Alexis Gacon

La chroniqueuse mode Madeleine Goubau a pu constater la difficulté et la frustration qu'éprouvent les futures mères pour trouver des vêtements de grossesse qui leur plaisent à un prix abordable. Elle a mené l'enquête pour mieux connaître leurs besoins.

Des tissus de moindre qualité à prix exorbitants
Madeleine Goubau a réalisé un sondage sur les réseaux sociaux intitulé Mode et grossesse : ce que femme enceinte veut, qui consistait en dix questions sur ce thème. En 36 heures, elle a reçu 960 témoignages.

Les 75 % des répondantes disent que l’offre des vêtements n’est pas assez diversifiée. Les femmes interrogées regrettent que certaines marques profitent d’un quasi-monopole pour proposer des vêtements de mauvaise qualité, qui s’usent très vite, et qui favorisent la sudation.

De plus, elles constatent que les vêtements pour femmes enceintes semblent suivre une mode désuète, mêlant couleurs pastel et imprimés fleuris. De nombreuses petites boutiques ont ouvert récemment, proposant, à des prix élevés cependant, des vêtements de maternité plus actuels.

Madeleine Goubau évoque également un mécontentement au sujet des prix proposés par ces boutiques. S’il existe une « taxe rose », qui fait que des produits pour femmes sont souvent vendus plus cher que leurs équivalents pour hommes, elle explique qu’une « taxe bedaine » existe également. Celle-ci fait que des chandails pour femmes enceintes voient leur prix tripler par rapport aux autres chandails pour femmes. Les femmes interrogées par Madeleine Goubau indiquaient avoir dépensé en moyenne 300 dollars en vêtements pour une première grossesse.

Inventer des solutions de rechange
Parmi les différentes réponses qu’elle a reçues, Madeleine Goubau observe une domination sans partage de l’entreprise Thyme Maternité sur le marché canadien des vêtements pour les futures mères. Les femmes interrogées par Madeleine Goubau conseillent de ne pas acheter à plein prix dans les boutiques Gap ou Old Navy, car l’abonnement à l’infolettre garantit des rabais importants.

Il est possible aussi d’inventer soi-même des astuces qui permettent de s’habiller en étant enceinte sans dépenser plus. Par exemple, on peut y parvenir en achetant des vêtements pour femmes de deux tailles de plus que sa taille habituelle, ou encore, en utilisant un pantalon classique auquel on attache à la boutonnière un élastique à cheveux pour le fermer.

Références :
Listes de boutiques au Canada
Momzelle
 (Nouvelle fenêtre)
Apsobibi
 (Nouvelle fenêtre)
Bébé Loup
 (Nouvelle fenêtre)
Belly Bedaine
 (Nouvelle fenêtre)
Kokoala
 (Nouvelle fenêtre)
Réserve privée
 (Nouvelle fenêtre)
Carry Maternity
 (Nouvelle fenêtre)
Zulily Canada
 (Nouvelle fenêtre)
Haute Mama
 (Nouvelle fenêtre)
Melons et clémentines (Nouvelle fenêtre)
Bleu citron (Nouvelle fenêtre)
Bedaine love  (Nouvelle fenêtre)
Isis Maternité  (Nouvelle fenêtre)
Mère et mousse (Nouvelle fenêtre)
Némésis  (Nouvelle fenêtre)
Gripette et salopette  (Nouvelle fenêtre)
Ève et la Cigogne  (Nouvelle fenêtre)
Milkface Nursingwear  (Nouvelle fenêtre)
H & M Maternité (Nouvelle fenêtre)
Gap Maternité
 (Nouvelle fenêtre)
Old Navy Maternité
 (Nouvelle fenêtre)
Motherhood Maternity (Nouvelle fenêtre)