•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Physiothérapie avec Denis Fortier : Apprendre à relâcher ses muscles

Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du jeudi 7 mars 2019

Physiothérapie avec Denis Fortier : Apprendre à relâcher ses muscles

Détendre ses muscles en trois étapes faciles

Femme de dos, se touchant le cou pour apaiser une tension
Les tensions au cou et aux épaules sont fréquentes chez la plupart des humains à l'âge adulte.PHOTO : iStock
Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireursPublié le 8 mars 2019

« Détends-toi », dira l'ami bienveillant en constatant à quel point vous êtes tendus. Voilà qui est loin d'être aussi simple. Vos muscles sont intrinsèquement faits pour se contracter, et non pour se relâcher, ce qui rend parfois leur détente difficile. Le physiothérapeute Denis Fortier explique comment vous y prendre.

« Beaucoup de muscles se contractent sans que vous en ayez conscience, explique Denis Fortier. Les muscles de la posture sont automatiques, ainsi que ceux de la respiration et du rire. La peur et le stress favorisent aussi la contraction, plutôt que le relâchement. Même le sommeil est parfois associé aux tensions musculaires, par exemple dans le cas où le dormeur serre les dents pendant son sommeil. »

Pour relâcher tous ces muscles, il y a un certain travail à faire.

La méthode de la contraction-décontraction

Voici un exercice très efficace pour détendre les muscles du cou et des épaules. Il suffit de les contracter au maximum, pour mieux les relâcher.

« La logique est de rapprocher les moments de la contraction et du relâchement musculaire pour en prendre conscience plus manifestement et en ressentir plus profondément les effets, explique Denis Fortier. Si vous êtes deux, la première personne, en position assise, peut pousser ses épaules contre les mains de la deuxième personne, qui fait alors une pression sur elles, puis relâcher. »

Il suffit parfois d’expirer

Quand on contracte nos muscles, on a le réflexe d’inspirer, ce qui contracte encore plus de muscles. Il faut donc se forcer à expirer davantage, insister sur l’expiration. Ainsi viendra l’assouplissement musculaire.

« Les études montrent même que cette relaxation musculaire progressive peut avoir des effets positifs pour lutter contre certains symptômes du cancer, en tant que thérapie adjuvante. On sait aussi que le sentiment d’efficacité corporelle s’améliore. Les bienfaits sont à la fois physiques et psychologiques. »

La diminution de l’effort postural

« Plusieurs personnes ont simplement besoin de rééducation posturale, conclut Denis Fortier. Elle peut vraiment rendre le corps plus flexible. »

Les solutions sont donc souvent à portée de la main, simples et peu coûteuses.

Quelques références :

« The effect of progressive muscle relaxation on cancer patients’ self-efficacy (Nouvelle fenêtre) », Masoomeh Noruzi zamenjania, Behnam Masmoueib , Mehdi Haroranic, Rezvan Ghafarzadegand, Fahimeh Davodabadya, Sima Zahedia, Zakie Davodabadye, publié sur le site web de ScienceDirect, octobre 2018
« Document sur la technique PNF (Nouvelle fenêtre) », publié sur le site web du Cégep de Saint-Félicien