•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du mardi 8 novembre 2016

Science avec Marianne Desautels-Marissal : La contraception masculine

Contraception : vers un meilleur partage des responsabilités

Publié le 9 novembre 2016
Pilule contraceptive féminine
Pilule contraceptive fémininePHOTO : iStock

La contraception masculine permettrait aux couples de « partager les effets secondaires indésirables » du contrôle de la fertilité, explique la journaliste scientifique Marianne Desautels-Marissal. Depuis 30 ans, la science planche sur des solutions qui permettraient d'éviter que les femmes les subissent en quasi-totalité, et on est maintenant « dans le sprint final ».

Les chercheurs n’ont pas encore été capables de créer un équivalent masculin commercialisable de la pilule contraceptive, mais ils s’en approchent. Une récente étude sur une injection hormonale pour hommes a montré un bon taux de prévention des grossesses, mais une fraction trop importante des cobayes ont développé des effets secondaires. Ceux-ci se comparaient à ceux qu’expérimentent les femmes qui consomment des contraceptifs hormonaux – acné, douleurs, augmentation de la libido, etc. –, mais étaient d’une intensité et d’une fréquence beaucoup trop élevées.

Marianne Desautels-Marissal mentionne que ce n’est qu’un seul exemple de nombreuses inventions qui seront un jour commercialisées en matière de contraception masculine. Elle en nomme deux autres – un vaporisateur nasal et des injections qui bloquent temporairement le canal déférent – qui ont encore besoin de tests. Il n’est donc pas si lointain le moment où les deux membres d’un couple pourront se partager les symptômes physiques liés à la contraception.