•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le film Le premier homme : Reportage de Richard Massicotte

Les années lumière, ICI Première.
Audio fil du dimanche 14 octobre 2018

Le film Le premier homme : Reportage de Richard Massicotte

First Man : les voyages spatiaux ne sont pas sans danger

Amstrong sur la lune.
Il y a peut-être un peu plus d’Hollywood que de Houston dans ce film, affirme le journaliste Richard Massicotte. Mais l’esprit d’aventure est bien présent.PHOTO : Daniel McFadden/Universal
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 14 octobre 2018

Par une pure coïncidence du calendrier, la sortie du film First Man (First man: le premier homme sur la lune) en Amérique du Nord s'est produite le même jour où le lancement d'une fusée russe Soyouz a connu l'un de ses rares échecs au Kazakhstan – question de nous rappeler, si besoin était, que les lancements de fusée comportent toujours leur potentiel de danger. Richard Massicotte nous offre une critique de ce film qui fait grand bruit.

Une scène du film First Man, de Damien Chazelle.

Daniel McFadden/Universal

Danger il y a, dans le film First Man, du réalisateur Damien Chazelle, qui suit la vie de Neil Armstrong à partir du début des années 1960. Armstrong est joué à l’écran par Ryan Gosling à l'époque où il a un peu plus de 30 ans et où il est pilote d’essai. Au début du film, il est aux commandes d’un avion-fusée X-15, avec lequel il se rend aux frontières de l’espace. Début de film assez saisissant, d’ailleurs, comme plusieurs des émotions fortes qui nous sont servies dans First Man.

Armstrong entre à la NASA en 1962, soit un an après le premier vol d’un humain dans l’espace : celui du Soviétique Youri Gagarine. La course à l’espace est d’ailleurs en toile de fond du film, puisque l’URSS a, à cette époque, une longueur d’avance sur les États-Unis à ce sujet.

Le baptême de l’espace pour Armstrong se fera au cours de la mission Gemini VIII, en 1966. Le vol comportera une première : la jonction en orbite de deux engins, dont l’étage d’une fusée. Cette manœuvre est considérée comme un événement précurseur des missions Apollo. Mais si l’arrimage fonctionne à peu près comme prévu, la mission manque d’échouer lorsque la capsule Gemini se met à tourner sur elle-même, un moment particulièrement intense du film. Par une série de manipulations, Neil Armstrong, commandant de l’équipage, sauvera l’équipage et, jusqu’à un certain point, la réputation de la NASA.

Le film First Man aborde les premiers pas de l'homme sur la lune en mettant l'accent sur la vie d'Amstrong.

Daniel McFadden/Universal

Comme tout le personnel de la NASA, Armstrong sera catastrophé par la tragédie d’Apollo I, au cours de laquelle trois astronautes périront durant un exercice, en 1967. Mais l’astronaute partira tout de même, en juillet 1969, à bord de la mission Apollo XI, malgré les dangers et les incertitudes que celle-ci implique puisqu’il s’agit de la première expédition sur le sol lunaire. Malgré, aussi, les craintes de l’entourage de Neil Armstrong, dont sa femme, un rôle interprété avec intensité par l’actrice britannique Claire Foy.

Pour le journaliste scientifique Claude Lafleur, auteur de nombreux ouvrages portant sur l’exploration spatiale (et notamment le programme Apollo), le principal défaut de First Man, c’est qu’« on n’explique jamais ce qui se passe; on assiste plutôt à un enchaînement d’événements tragiques, sans qu’on nous dise ce qui se passe. Pour quelqu’un qui connaît bien le parcours d’Armstrong, ça va. Mais je crains que bon nombre de spectateurs ne s’y perdent. »

Bref, il y a parfois peut-être un peu plus d’Hollywood que de Houston dans ce film. Mais l’esprit d’aventure et de risque des missions spatiales y est bien présent. D’ailleurs, pour ceux et celles qui voudraient en savoir plus sur le programme Apollo, quoi de mieux que d’écouter le balado de Claude Lafleur et Mathieu Rancourt, Voyage dans l’espace (Nouvelle fenêtre)?

Une scène du film First Man, de Damien Chazelle.

Daniel McFadden/Universal