•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Éradiquer le cancer du col de l'utérus : Les explications de J. F. Bouthillette

Les années lumière, ICI Première.
Audio fil du dimanche 14 octobre 2018

Éradiquer le cancer du col de l'utérus : Les explications de J. F. Bouthillette

L'Australie, première à vaincre le cancer du col de l'utérus

Une jeune fille reçoit un vaccin en présence de sa mère.
S'il est administré avant les premières relations sexuelles, le vaccin contre le virus du papillome humain produit une forte immunité contre des virus pouvant causer des lésions cancéreuses.PHOTO : iStock
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 12 octobre 2018

On voudrait un outil pareil pour se débarrasser de tous les cancers : un simple vaccin capable d'immuniser la population contre la maladie. C'est heureusement possible pour le cancer du col de l'utérus. Ces vaccins sont d'ailleurs si efficaces que l'Australie, pionnière dans le domaine, aura bientôt virtuellement éliminé ce cancer de son territoire.

Une étude parue dans The Lancet Public Health montre, modélisations mathématiques à l'appui, que l'Australie sera le premier pays du monde à vaincre ce cancer potentiellement mortel. D'ici 2 ans, il y sera aussi rare que 6 cas par 100 000 personnes.

Transmis sexuellement, les très répandus virus du papillome humain (VPH) sont à l'origine de 99 % des cancers du col. Or, comme on a mis au point des vaccins efficaces contre ces virus, faire disparaître la maladie est à notre portée.

Le Québec aussi est considéré comme un leader mondial dans la lutte contre le VPH. Avec un programme de vaccination des enfants de quatrième année du primaire, garçons et filles, la province a atteint une couverture vaccinale d'environ 75 % de la population, à l'égal de l'Australie. Le cancer du col devrait aussi y être chose du passé à court terme, estiment les experts.

Des programmes semblables, instaurés dans les autres provinces, sont aussi prometteurs.

Mieux que les essais cliniques, une décennie d'utilisation auprès de millions de personnes ainsi que des études scientifiques indépendantes ont clairement démontré que le vaccin est sûr. Il permet aussi de protéger les hommes d'autres formes de cancers associés au VPH, soit les cancers de la gorge, de l'anus et du pénis.

En 2017, plus de 1500 Canadiennes ont reçu un diagnostic de cancer du col de l'utérus, et environ 400 en sont mortes.