•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L'hérédité épigénétique et la transmission des traumatismes

Illustration de l'ADN au bout des doigts.
Une séquence d'ADNPHOTO : iStock
Publié le 4 février 2022

Vivre la guerre, souffrir de famine ou être victime de violence peut marquer une personne jusque dans son ADN, et ces séquelles peuvent parfois être transmises à sa descendance. De nombreuses études effectuées dans le domaine de l'épigénétique ont documenté ce genre de transmission intergénérationnelle, et un article publié récemment s'est penché sur le sort des enfants de femmes qui étaient enceintes au moment du génocide survenu au Rwanda en 1994. Alexandre Touchette nous présente les dernières avancées dans ce champ de recherche associé à l'hérédité épigénétique.

Le génocide rwandais est un terrible événement qui s'est déroulé sur trois mois en 1994 pendant lesquels 800 000 Rwandaises et Rwandais de l’ethnie minoritaire tutsie ont été tués. Des chercheurs se sont tournés vers l’épigénétique pour tenter d’expliquer la forte prévalence du syndrome post-traumatique chez les descendants des témoins du génocide. Ces scientifiques ont analysé les profils génétiques de mères tutsies exposées au génocide et de leurs enfants, pour les comparer ensuite à ceux d’un groupe contrôle de participantes et participants qui n’étaient pas au Rwanda au moment du génocide.

On savait déjà, grâce à plusieurs études menées par d’autres chercheurs, que certains marqueurs chimiques épigénétiques étaient présents chez les personnes qui souffrent de syndrome post-traumatique. Et ces mêmes marqueurs associés à la méthylation de l’ADN ont été trouvés chez les mères exposées au génocide et chez leurs enfants.

Par ailleurs, d’autres travaux menés sur des bébés souris traumatisés par la séparation imprévisible et répétée d’avec leur mère ont permis de démontrer la transmission sur plusieurs générations de comportements associés à la dépression. Dans ce cas, c’est la présence de certains ARN dans les spermatozoïdes des souris mâles traumatisées qui était associée à la transmission de ces symptômes à leur progéniture.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser