•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Le prix Nobel de Physique et les problèmes complexes

Les années lumière, ICI Première.

Le prix Nobel de physique et les problèmes complexes

Le comité siège devant un écran où apparaissent les portraits des trois lauréats.
Le comité Nobel de physique remet le prix de cette année à Syukuro Manabe, Klaus Hasselmann et Giorgio Parisi.PHOTO : afp via getty images / Jonathan Nackstrand
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 8 octobre 2021

Le prix Nobel de physique a été décerné à trois chercheurs qui ont chacun à leur façon contribué à mieux comprendre les phénomènes physiques de grande complexité. Le chercheur américain d'origine japonaise Syukuro Manabe et l'Allemand Klaus Hasselmann se sont distingués pour leurs travaux sur la modélisation des changements climatiques, alors que l'Italien Giorgio Parisi a été récompensé pour avoir découvert des patrons dans des matériaux complexes désordonnés. Alexandre Touchette nous présente les travaux des deux premiers.

Le géophysicien Syukuro Manabe est un pionnier de l’étude des changements climatiques qui a commencé ses travaux dans les années 1960, à une époque où peu de gens s'intéressaient au phénomène. Il a été le premier à développer une méthodologie quantitative pour faire une modélisation physique du climat et à démontrer le lien entre l'augmentation de CO2 et la hausse de la température.

Klaus Hasselmann, de son côté, a démontré que les systèmes non linéaires et chaotiques qui rendent impossibles les prédictions météorologiques à long terme permettaient tout de même de modéliser l’évolution du climat sur des échelles de plusieurs décennies. Les modèles qu’il a développés ont permis de départager les fluctuations naturelles et aléatoires de la météo de la hausse des températures causées par les émissions d’origine humaine.

Sophie André-Blondin discute des travaux du troisième lauréat, Giorgio Parisi, avec Louis-Pierre Arguin, professeur de mathématiques à l’Université de la ville de New York. Le professeur Arguin connaît bien les verres de spins, ces matériaux exotiques qui ont servi de modèle à Giorgio Parisi pour développer ses équations sur les systèmes complexes.