•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'ADN environnemental pour caractériser la biodiversité

Un modèle de la structure à double-hélice de l'ADN humain.
Le projet ITrackDNA vise à établir une norme nationale de test d'ADN environnementalPHOTO : iStock
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 20 août 2021

Depuis une décennie, l'analyse de l'ADN environnemental révolutionne les méthodes de suivi des populations d'espèces aquatiques. Cette technique permet de détecter les traces laissées par des organismes vivants dans l'environnement, ce qui facilite énormément les recherches sur la biodiversité. Alexandre Touchette nous parle cette semaine d'un important projet de recherche canadien qui vise à établir des normes nationales dans le domaine.

Alors que l’utilisation des techniques d’analyse de l’ADN environnemental est en pleine explosion, le projet ITrackDNA est né du besoin d’uniformiser les méthodes des chercheurs. L’un des volets de ce vaste programme vise à établir des protocoles d'analyse standardisés en collaboration avec l'Association canadienne de normalisation.

Le projet va aussi financer la mise au point des trousses de détection de l’ADN environnemental pour une centaine d’espèces jugées prioritaires dans les différents écosystèmes canadiens. L’objectif est de s’assurer de l’efficacité de ces tests et de publier ensuite en libre accès les méthodes qui seront développées. Ce travail se fera en collaboration avec des partenaires qui fabriquent déjà des trousses de tests pour faciliter la commercialisation de trousses fiables à coût raisonnable.

Le projet est doté d’un budget de 12 millions de dollars sur 4 ans, et ses nombreux volets seront menés conjointement par des chercheurs de quatre universités situées au Québec et en Colombie-Britannique.