•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Un portrait de la dépense énergétique humaine : Les détails avec Gino Harel

Les années lumière, ICI Première.
Rattrapage du 15 août 2021 : Le rapport du GIEC sur le climat, et les aurores de Jupiter

Un portrait de la dépense énergétique humaine : Les détails avec Gino Harel

L’être humain, une machine à dépenser de l’énergie qui évolue

Deux jeunes adultes, une homme et une femme, s'amusent en sautant et en dansant.
Les besoins énergétiques de l'être humain varient selon les tranches d'âge.PHOTO : iStock / Prostock-Studio
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 13 août 2021

Une étude parue cette semaine dans la revue Science dresse le portrait des dépenses énergétiques des hommes et des femmes, de leur naissance jusqu'à leurs vieux jours. Gino Harel rend compte des conclusions.

Les responsables de l’étude ont mis en commun les données de plus de 6400 personnes. Tous les groupes d’âge y sont représentés. L'équipe de recherche disposait d’information sur la dépense énergétique quotidienne totale de chaque groupe.

Grâce à ces données, l’étude a permis de regrouper en quatre phases distinctes les variations qui surviennent dans notre métabolisme. De manière générale, les dépenses énergétiques des gens atteignent un sommet lors de leur première année de vie. Ensuite, elles demeurent élevées pendant l’enfance et l’adolescence, mais commencent à diminuer graduellement. La troisième phase voit une stabilité s'installer dès la vingtaine jusqu’à l’âge de 60 ans. Finalement, dans les années qui suivent la soixantaine, les spécialistes constatent un déclin en matière de dépenses énergétiques.

L’étude révèle aussi certains constats étonnants. Par exemple, peu de variations ont été observées à des étapes importantes de la vie, comme à la puberté ou durant la ménopause.