•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les années lumière, ICI Première.

Les jeux vidéo au service de la téléréadaptation

Publié le 11 avril 2021
Une jeune femme à la longue chevelure brune, portant un masque, est assise devant un écran d'ordinateur qui est équipé de divers instruments vidéo.
Dorra Rakia Allegue, étudiante au doctorat en Sciences de la réadaptation à l'Université de Montréal, installe un programme d'exercice par jeu vidéo à l'ordinateur.PHOTO : Radio-Canada / Gino Harel

La professeure Dahlia Kairy, de l'Université de Montréal, se spécialise dans le domaine de la téléréadaptation. Depuis les débuts de la pandémie, son expertise a été grandement sollicitée. Gino Harel l'a rencontrée dans ses locaux du Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain (CRIR).

En plus d’enseigner au programme de physiothérapie, la professeure Kairy mène divers travaux de recherche, avec son équipe, sur les nouvelles technologies en téléréadaptation.

Une dame à la longue chevelure noire, portant un masque de procédure bleu, pose pour la caméra, debout, devant un écran d'ordinateur.

La professeure Dahlia Kairy enseigne au programme de physiothérapie, à l'Université de Montréal. Elle fait aussi partie des nombreux chercheurs et chercheuses du Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain (CRIR).

Radio-Canada / Gino Harel

Les jeux vidéo, par exemple, offrent plusieurs avantages quand vient le temps de fournir des programmes d’exercices à distance à des patients qui se relèvent d’un accident vasculaire cérébral.

Des innovations dans le domaine permettent notamment d’observer en temps réel les mouvements exécutés par les patients alors qu’ils se trouvent à leur domicile. Les physiothérapeutes peuvent alors intervenir, par lien audio-vidéo, pour apporter les corrections nécessaires.

Cette technologie fait d’ailleurs l’objet d’un projet de doctorat pour l’une des étudiantes qui travaillent à l'heure actuelle avec Dahlia Kairy.