•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les années lumière, ICI Première.

La capture de mouvements au service de l'orthopédie

Publié le 28 mars 2021
Des boules réfléchissantes sont installées sur les jambes d'une patiente qui a subi une opération pour corriger une déviation de ses os
Session de mesure des jambes d'une patiente au laboratoire d'analyse de mouvement de l'hôpital Shriners de Montréal PHOTO : Radio-Canada / Alexandre Touchette

L'Hôpital Shriners de Montréal se spécialise dans les soins pédiatriques, dont des interventions chirurgicales servant à corriger des problèmes musculosquelettiques dus à des malformations, des maladies ou des accidents. L'hôpital dispose d'un laboratoire d'analyse du mouvement parmi les plus avancés au pays pour mesurer très précisément la démarche de patients qui ont besoin de soins orthopédiques. Alexandre Touchette a visité ce laboratoire, qui utilise la même technologie de capture de mouvements que celle utilisée par les studios de cinéma et de jeux vidéo.

Les studios d’animation font porter à des acteurs des combinaisons en lycra munies de petits réflecteurs circulaires pour mesurer leurs déplacements et accélérer le travail d’animation 3D. Les données obtenues permettent de construire un squelette articulé simplifié qui reproduit les mouvements des acteurs, sur lequel on appliquera ensuite l’enveloppe du personnage qu’on verra à l’écran.

Le même type de système est utilisé à l'Hôpital Shriners, mais au lieu de faire porter une combinaison en lycra aux patients, on colle de petites boules réfléchissantes sur des points précis de leurs os qui ont été préalablement mesurés avec grande précision par un physiothérapeute.

Le patient traverse ensuite le laboratoire à la marche à plusieurs reprises pour mesurer de manière dynamique le mouvement des os et des articulations de ses jambes. Dix caméras installées sur les quatre murs de la pièce captent les mouvements des réflecteurs, tandis que des plaques au sol mesurent la pression exercée par les pieds. Toutes ces données permettent de recréer avec précision une animation en 3D de la démarche du patient pour guider ensuite l’intervention d’un chirurgien orthopédiste, puis mesurer le résultat de l’opération une fois que le patient s’est rétabli.