•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La crise de la COVID-19 au Québec et en Ontario : Les détails avec R. Manuguerra

Les années lumière, ICI Première.
Rattrapage du 21 mars 2021 : Nouvelle fusée de la NASA, et culture maraîchère hivernale

La crise de la COVID-19 au Québec et en Ontario : Les détails avec R. Manuguerra

Troisième vague en Ontario : course entre variants et vaccins

Une carte de l'Ontario avec des couleurs
La carte des zones, en vigueur en Ontario dès le 22 mars 2021.PHOTO : Radio-Canada
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 21 mars 2021

On a confirmé cette semaine le début d'une troisième vague en Ontario. Bien que le nombre de cas ne cesse d'y croître, il reste beaucoup d'interrogations sur la forme que prendra cette vague. Sera-t-elle pire que les précédentes? Est-il encore possible de limiter son ampleur? Renaud Manuguerra fait le point sur la situation.

Ce qui est certain, c’est que l’Ontario fait bel et bien face à une troisième vague, et non pas à un soubresaut de la deuxième. En regardant de plus près les données, les chercheurs constatent que la province affronte désormais deux pandémies : une première formée des anciens variants, moins transmissibles, et une seconde alimentée par les nouveaux variants d’intérêt, comme celui qui a été identifié en Grande-Bretagne. Si on sépare les courbes des deux épidémies, on voit que les cas en lien avec les anciens variants sont en baisse, tandis que ceux qui sont en relation avec nouveaux variants sont en hausse. Cette hausse des variants d’intérêt est maintenant le facteur qui influence l’évolution de la pandémie.

La région du Grand Toronto, qui est la principale zone touchée par cette troisième vague, se retrouve à l'heure actuelle au milieu d’une course entre variants et vaccins. Selon plusieurs spécialistes, le seul moyen pour les vaccins de gagner cette course est de parvenir à ralentir le plus possible la progression du virus.