•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les maladies transmissibles par aérosols : Le point avec R. Manuguerra-Gagné

Les années lumière, ICI Première.
Rattrapage du 10 janv. 2021 : La stratégie vaccinale, la kétamine, et les phénomènes célestes

Les maladies transmissibles par aérosols : Le point avec R. Manuguerra-Gagné

Les maladies transmissibles par aérosols : le point avec R. Manuguerra-Gagné

Doigt qui pointe un point particulier d'une radiographie des poumons
La tuberculose se développe le plus souvent au niveau des poumons. PHOTO : Radio-Canada
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 10 janvier 2021

La question de la transmission des maladies dans l'air a soulevé des débats tout au long de l'histoire de la médecine, et les preuves exigées pour reconnaître des maladies transmises par aérosols ont souvent été très élevées.

Le meilleur exemple pour illustrer la complexité de l'obtention de ces preuves est la tuberculose. Jusqu'aux années 50, on a cru que cette maladie bactérienne qui touche les poumons se transmettait uniquement par de grosses gouttelettes ou par des surfaces contaminées.

Pour vérifier si d'autres voies étaient possibles, les chercheurs américains William Wells et Richard Riley ont entrepris une étude qui est entrée dans l’histoire de la médecine.

À l’aide d’un système de ventilation expérimental et de centaines de cochons d’Inde, ils ont démontré que la tuberculose se propage obligatoirement par des gouttelettes très fines, une preuve qui aura nécessité des années de travail à obtenir.