•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les années lumière, ICI Première.
Les années lumière, ICI Première.
Rattrapage du 22 nov. 2020 : Rassemblements du temps de Fêtes, crise climatique et perte d’odorat

L'épidémiologie du temps des Fêtes : Les explications d'Alexandre Touchette

L'épidémiologie du temps des Fêtes : les explications d'Alexandre Touchette

Publié le 22 novembre 2020
Des décorations de Noël et un masque suspendus à une corde.
Les Québécois auront quatre jours pour se retrouver pendant les Fêtes.PHOTO : getty images/istockphoto / Sergey Chayko

Le Québec a été la première province canadienne à publier cette semaine ses directives sanitaires pour la période de Noël. Les rassemblements seront autorisés seulement entre le 24 et le 27 décembre et devront se faire en groupes de moins de 10 personnes. Néanmoins, ce répit de quatre jours dans les mesures de confinement pourrait être revu si jamais la situation se détériore d'ici là. Dans ce contexte, Alexandre Touchette s'est intéressé à l'incidence que peuvent avoir les rassemblements familiaux du temps des Fêtes sur la transmission des virus.

Malgré le marathon de soupers de famille dans des maisons bondées et mal ventilées typiques du temps des Fêtes, on n'assiste pas à une augmentation des infections respiratoires, comme les rhumes et la grippe, après les vacances de Noël. Cela s’expliquerait par les fermetures des écoles et de nombreuses entreprises durant cette période, qui réduisent globalement les contacts au sein des populations et diminue donc la transmission.

Face à la COVID-19, par contre, voir plusieurs familles et autant de générations se rassembler sur une longue durée dans des espaces mal ventilés augmente considérablement les risques de transmission. Des modélisateurs estiment que ces conditions doivent être évitées, parce qu’elles sont propices aux événements de super-propagation, qui joueraient un rôle central et sous-estimé dans la progression de la pandémie. Selon plusieurs chercheurs, les enchaînements en cascade de plusieurs événements de super-propagation constituent le principal moteur de dispersion du virus et doivent absolument être évités.