•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

COVID-19 : purifier l'air à l'aide de rayons UV

Une lampe qui ressemble à un néon peut inactiver des virus grâce aux UVC
Les lampes qui émettent des UVC permettent de désinfecter l'air et les surfaces. PHOTO : Radio-Canada
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 15 novembre 2020

Le manque de ventilation dans les écoles du Québec a fait les manchettes cette semaine alors que les cas de COVID-19 continuent d'augmenter dans les établissements scolaires de la province. Le débat survient alors que l'Agence de la santé publique du Canada vient de reconnaître le risque de transmission du SRAS-CoV-2 par les aérosols. Dans ce contexte, Alexandre Touchette s'est intéressé cette semaine à la désinfection de l'air et des surfaces par les rayons ultraviolets (UV) pour réduire les risques de transmission des maladies infectieuses.

On connaît les rayons ultraviolets émis par le soleil en raison des effets que les UVA et les UVB peuvent avoir sur notre peau en entraînant des coups de soleil et des cancers. Heureusement, les UVC, qui sont aussi présents dans le rayonnement solaire et qui sont très dangereux pour toute forme de vie, sont totalement bloqués par la couche d’ozone. Or, leur capacité d’endommager l’ADN et l’ARN peut être exploitée par des lampes qui émettent des UVC pour inactiver des microbes.

Des lampes UV ont été utilisées dès la fin des années 1930 aux États-Unis pour désinfecter l’air dans des écoles et réduire les risques de transmission de la rougeole. La technologie avait toutefois été abandonnée progressivement après l’arrivée des antibiotiques et des vaccins, mais la pandémie de COVID-19 a ravivé l’intérêt envers les UVC. Des lampes UV peuvent être installées dans les systèmes de ventilation centrale pour désinfecter l’air dans les conduits, et des purificateurs d’air portatifs peuvent aussi prendre place dans les bâtiments les plus anciens.