•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Un pesticide dans des lacs de Parc Canada : Les détails avec Chantal Srivastava

Les années lumière, ICI Première.

Vider les lacs de leurs poissons pour faire de la conservation

Vue aérienne d'un lac entouré de forêt.
Depuis les années 40, on utilise la roténone pour tuer les espèces exotiques dans certains lacs et y réintroduire des espèces indigènes.PHOTO : getty images/istockphoto / Paul Hartley
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 4 octobre 2020

En Alberta, Parcs Canada utilise la roténone, un pesticide, pour réintroduire dans certains lacs la truite fardée du versant de l'ouest, un poisson indigène qui figure sur la liste canadienne des espèces en péril. Les détails avec Chantal Srivastava.

La roténone tue tous les poissons en attaquant leurs branchies. Le projet de deux millions de dollars de Parcs Canada touchera cinq lacs en six ans. L'objectif est d'éliminer l'omble de fontaine, une espèce introduite dans ces lacs de montagne.

Par la suite, les biologistes comptent réintroduire la truite locale à partir de spécimens triés sur le volet pour être représentatifs des poissons indigènes.

Ironiquement, au Québec, la roténone sert justement à protéger l'omble de fontaine, une espèce envahissante dans l'Ouest canadien, mais menacée dans l'est. Cette substance est utilisée au Québec depuis les années 40. Le taux de succès de la procédure est évalué à 93 %.

Dans les Maritimes, l'usage de la roténone est envisagé pour protéger le saumon, menacé par la remontée de l'achigan à petite bouche dans certaines portions de la rivière Miramichi.

Les opposants au projet craignent des effets néfastes sur la santé et l'environnement. À haute concentration, la roténone est neurotoxique, mais selon l'Environmental Protection Agency américaine, les concentrations utilisées pour tuer les poissons sont bien en deçà des taux à risque.