•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Améliorer la biodiversité des plantes et des insectes en ville avec A. Touchette

Les années lumière, ICI Première.
Rattrapage du 2 août 2020 : Bombe atomique et safari microbiologique

Améliorer la biodiversité des plantes et des insectes en ville avec A. Touchette

Insectes et gestion des espaces verts en ville, avec A. Touchette

Les fleurs, arbres et arbustes du Jardin pour la biodiversité qui a été aménagé dans un parc sur les berges du fleuve Saint-Laurent à Verdun
Prairie naturalisée dans le Jardin pour la biodiversité sur les berges du fleuve Saint-Laurent à VerdunPHOTO : Radio-Canada / Alexandre Touchette
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 2 août 2020

Pour les citadins, le déclin des populations d'insectes ressemble peut-être à un problème lointain sur lequel ils ont peu d'emprise. Des initiatives citoyennes peuvent pourtant faire avancer les choses et aider à protéger la biodiversité. À Montréal, des résidents ont poussé l'arrondissement de Verdun à devenir un leader de la renaturalisation des espaces verts. Alexandre Touchette a visité cette semaine l'un de ces espaces où la pelouse a été remplacée par une prairie.

Depuis cinq ans, 13 sites ont été aménagés sur le territoire de Verdun, et près 70 000 mètres carrés en sont à différents stades de renaturalisation. On parle, dans le jargon municipal, de « gestion différenciée des espaces verts », une approche d'aménagement de plus en plus favorisée dans les grandes villes. Les espaces gazonnés sont préservés dans les endroits utilisés par les citoyens pour jouer au soccer ou faire des pique-niques, mais la renaturalisation de petits îlots est favorisée dans les parcs ou le long d'espaces peu utilisés, par exemple en bordure des cours d'eau et des pistes cyclables.

Une telle approche permet de réduire les coûts d'entretien ainsi que la pollution associée à la tonte, tout en augmentant la biodiversité. Une étude des aires naturalisées menée à Verdun a ainsi rendu possible l'identification de 84 espèces de plantes herbacées, dont une dizaine présentant un grand intérêt écologique pour les insectes. Cette diversité favorise aussi les oiseaux et les petits mammifères tels les mulots, les musaraignes et les chauves-souris.