•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Un pancréas externe et artificiel pour faciliter le contrôle de la glycémie

Les années lumière, ICI Première.
Audio fil du dimanche 12 mars 2017

Un pancréas externe et artificiel pour faciliter le contrôle de la glycémie

Le pancréas artificiel de l'IRCM

Deux mains tenant un appareil servant à mesurer le taux de glucose dans le sang.
L'appareil sur lequel travaille les chercheurs de l'IRCM suscite bien des espoirs.PHOTO : Capture d'écran YouTube / ircm_mtl
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 13 mars 2017

Une équipe multidisciplinaire dirigée par l'endocrinologue Rémi Rabasa-Lhoret développe un appareil pour personnes diabétiques composé d'une pompe et d'un capteur de glycémie, deux technologies déjà existantes, ainsi que d'un logiciel inédit, qui contrôle la libération d'hormones. Son grand avantage est de permettre aux patients de ne pas avoir à contrôler manuellement leur glycémie en permanence, par exemple pendant le sommeil.

C'est l'Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM) qui chapeaute le projet, qui suscite beaucoup d'espoirs dans la communauté scientifique et chez les personnes atteintes du diabète de type 1. Les tests révèlent que la petite machine pourrait aussi aider ceux qui souffrent de diabète de type 2.

« Le logiciel que nous développons, c’est comme ce qui fait la différence entre un GPS qui nous permet d’aller du point A au point B et un GPS [qui prend] le contrôle de la voiture. »

— Une citation de  Rémi Rabasa-Lhoret

Une version moins avancée de cette invention est sur le point d’être mise en marché aux États-Unis. Celle développée par l’IRCM est unique en son genre, puisqu’elle agit non seulement sur l’insuline, mais aussi sur le glucagon. Les malades devront toutefois prendre leur mal en patience avant d’y avoir accès.

L’insuline et le glucagon sont deux hormones produites par le pancréas et qui permettent de réguler la glycémie, c’est-à-dire le taux sanguin de sucre. Le diabète est une maladie qui inhibe en partie (type 2) ou totalement (type 1) la production de ces hormones.

Une pompe qui agit seulement sur l’insuline réduit d’environ quatre à cinq fois le risque d’hypoglycémie, explique Rémi Rabasa-Lhoret. En contrôlant également le glucagon, ce risque est réduit jusqu’à huit fois.

Un pancréas externe qui suscite bien des espoirs
« Les patients ont des attentes très élevées [en matière] de stabilité et de fiabilité », ajoute l’endocrinologue. On peut le comprendre : le diabète de type 1 est une préoccupation de tous les instants. « L’appareil n’est pas parfait, mais [quand on parle aux patients de ses avantages], ils comprennent tout de suite qu’il y a un bénéfice extrêmement important. »

France Lavoie, une patiente qui a participé à l’étude clinique pour développer l’invention, le confirme, après une période de scepticisme initial. « Quand on lit, quand on apprend, quand on pose les bonnes questions, les craintes se dissipent ». Elle a maintenant bien hâte de pouvoir se procurer l’appareil. « Avec la lecture constante des glycémies, on va savoir exactement ce qui se passe avec notre système », se réjouit-elle.