•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Les avancées en recherche sur quelques médicaments avec Chantal Srivastava

Les années lumière, ICI Première.
Rattrapage du 7 juin 2020 : La COVID, le verdissement urbain et le recyclage des batteries de voiture

Les avancées en recherche sur quelques médicaments avec Chantal Srivastava

COVID-19 : la longue quête d'un médicament

Nicolas Moitessier avec ses chercheurs postdoctoraux dans son laboratoire.
Dans son laboratoire de l’Université McGill, le professeur de chimie Nicolas Moitessier synthétise de nouvelles molécules pour lutter contre la COVID-19. De gauche à droite : les chercheurs postdoctoraux Jessica Plescia, Caitlin Miron et Jevgenijs Tjutrins ainsi que la doctorante Anne Labarre. PHOTO : Radio-Canada / Chantal Srivastava
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 7 juin 2020

Pour soigner les malades atteints de la COVID-19, des scientifiques étudient des médicaments qui existent déjà, tandis que d'autres inventent de nouvelles molécules. Chantal Srivastava présente deux chercheurs d'ici qui explorent chacune de ces pistes.

Pour le professeur de chimie Nicolas Moitessier, de l'Université McGill, la solution consiste à synthétiser une nouvelle molécule capable d'inhiber la 3CL et la PL, deux enzymes qui jouent un rôle clé dans la reproduction du nouveau coronavirus.

Après trois mois de travaux, son équipe a jusqu’ici conçu 20 nouvelles molécules qui n’existent nulle part ailleurs. La prochaine étape? Les tester en laboratoire en présence des deux enzymes ciblées.

À l'autre bout du spectre, le microbiologiste infectiologue Guy Boivin, du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec, mise plutôt sur le repositionnement de médicaments déjà existants. Il s'agit d'une solution pratique et rapide, car on connaît déjà ces molécules et leurs effets sur l’humain.

Pour ce faire, le scientifique utilise une plateforme mise au point en collaboration avec des collègues de Lyon, en France, afin d'identifier dans les cellules les gènes qui sont affectés par l'infection. Puis il cherche, dans la pharmacopée, un remède capable d'empêcher ces changements.