•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les anticorps monoclonaux pour combattre la COVID-19

Les années lumière, ICI Première.
Rattrapage du 10 mai 2020 : Frelon asiatique, laser et anticorps

Les anticorps monoclonaux pour combattre la COVID-19

Les anticorps monoclonaux pour combattre la COVID-19

Représentation d'un anticorps
Un anticorpsPHOTO : iStock
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 10 mai 2020

Depuis le début de la pandémie, beaucoup d'attention a été portée sur la mise au point de vaccins, mais en parallèle, une autre course est en cours pour arriver à créer des traitements à base d'anticorps monoclonaux. Contrairement aux vaccins – qui stimulent la production naturelle d'anticorps –, cette approche vise à injecter au patient des anticorps produits en laboratoire. Alexandre Touchette s'est penché cette semaine sur cette piste de traitement pour la COVID-19.

Les anticorps constituent la première ligne de défense de notre système immunitaire contre des pathogènes comme les virus et les bactéries. Ce sont des protéines fabriquées par un type de globule blanc qu'on appelle les lymphocytes B, lesquels sont capables de produire des milliards d'anticorps différents dotés de propriétés très variées.

Les scientifiques qui mettent au point des traitements à base d'anticorps monoclonaux isolent et sélectionnent les anticorps les plus aptes à neutraliser efficacement un virus donné. Après avoir été testés selon leurs différentes caractéristiques, ces anticorps sont produits en grande quantité pour être utilisés comme traitements.

AbCellera, une entreprise canadienne établie à Vancouver, a reçu une subvention de 175 millions de dollars d'Ottawa pour mettre au point un traitement à base d'anticorps destiné à lutter contre la COVID-19. Sa technologie, qui allie l'approche microfluidique, la génétique et l'intelligence artificielle, a permis de réduire à quelques mois un processus qui prenait auparavant des années à réaliser. AbCellera a déjà sélectionné 24 anticorps prometteurs qu'elle espère tester dès l'été lors d'essais cliniques menés sur des humains.