•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les années lumière, ICI Première.
Les années lumière, ICI Première.
Rattrapage du 12 avr. 2020 : COVID-19 : anticorps, santé mentale et égouts

La santé mentale du personnel de la santé : Les explications de Gino Harel

COVID-19 : au secours psychologique du personnel soignant

Publié le 12 avril 2020
Une professionnelle de la santé est appuyée contre un mur dans un couloir d'hôpital.
Une professionnelle de la santé fatiguéePHOTO : iStock

Les scientifiques n'ont pas tardé à documenter la détresse psychologique qui guette les « anges gardiens » du réseau de la santé en ces temps de pandémie. Au Québec, l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) propose une série de mesures qui peuvent être adoptées rapidement. Gino Harel nous en parle.

Devant l’urgence de la situation, l’INESSS a produit un document qu’il qualifie de réponse rapide. En s’appuyant à la fois sur diverses études déjà parues sur les questions de santé mentale et sur d’autres documents qui n’ont pas fait l’objet de publications scientifiques, l’organisme fait le survol des enjeux pressants et des solutions qui peuvent être apportées.

Déjà, les informations recueillies auprès de médecins et d’infirmières dans des cliniques réservées au traitement de la COVID-19, en Chine, révèlent des taux élevés de symptômes liés au stress et à l’anxiété du côté du personnel travaillant au front.

Les mesures proposées pour prévenir les situations de détresse sont nombreuses et s’adressent autant aux professionnels de la santé eux-mêmes qu’à leurs gestionnaires, aux établissements et au gouvernement.

Un des moyens suggérés est de mettre en place un système de soutien par les pairs professionnels et cliniciens. Des médecins du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval ont déjà démarré leur propre programme du genre.

Plus d’une vingtaine de personnes y sont engagées à ce jour. Le programme, qui fonctionne sur une base volontaire, ne s’adresse pas qu’aux médecins, mais aussi aux autres professionnels de la santé, aux préposés, aux gestionnaires et à toutes les personnes qui sentiront le besoin d’y adhérer.