•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Faire la lutte aux tiques sur le terrain : Reportage de Jean François Bouthillette

Les années lumière, ICI Première.
Audio fil du dimanche 30 juin 2019

Faire la lutte aux tiques sur le terrain : Reportage de Jean François Bouthillette

Maladie de Lyme : s'occuper des souris et des hommes

Une tique gorgée de sang.
Une tique gorgée de sang.PHOTO : iStock
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 28 juin 2019

Bromont, en Estrie, est l'un des endroits au pays où l'on court le plus grand risque de contracter la maladie de Lyme. Les tiques à pattes noires, qui peuvent la transmettre, y sont partout.

C’est maintenant jusqu’à 1 personne sur 5000 qui, chaque année dans cette ville, tombe malade. Un problème de santé publique hautement préoccupant.

Mais des scientifiques volent à la rescousse. Leur approche prometteuse, jamais testée ailleurs, consiste à attaquer le problème sur deux fronts.

D’une part, ils ont entrepris de donner des médicaments... aux souris des bois! Un acaricide, initialement conçu pour les chiens, devrait empêcher les tiques de piquer les petits rongeurs. Cela devrait limiter la propagation de la bactérie responsable de la maladie chez les tiques, qui se la donnent entre elles à partir des souris qu'elles « partagent ».

Bref, moins de souris infectées = moins de tiques infectées = moins d’humains infectés!

D’autre part, des agents se sont mis à parcourir les sentiers, les parcs et les endroits publics de la ville pour donner aux citoyens quelques bons plans de prévention. C’est que l’expérience montre que sans cette guerre de tranchées de la sensibilisation, et sans les bonnes habitudes qui en découlent (porter des vêtements longs, éviter les herbes hautes, mettre du chasse-moustiques, s'inspecter en rentrant...), même un succès spectaculaire du traitement des souris ne pourra pas faire reculer la maladie significativement.

Lancé ce mois-ci, le projet doit durer deux ans, au terme desquels on verra si l’on a enfin trouvé le moyen d’apprendre à vivre avec les tiques, bien installées chez nous!

Si ça marche à Bromont, ça pourra marcher n'importe où.