•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les années lumière, ICI Première.
Les années lumière, ICI Première.
Audio fil du dimanche 26 août 2018

La communication non verbale à la cour : Les explications de Richard Massicotte

Le non-verbal au tribunal : très peu scientifique

Publié le 26 août 2018
Plan rapproché de l'enseigne.
L'enseigne de la Cour d'appel du Québec, sur une colonne de l'édifice Ernest-Cormier, à Montréal.PHOTO : Radio-Canada / Charles Contant

Le non-verbal tient une place importante dans les tribunaux et peut parfois déterminer le dénouement d'un procès, explique Vincent Denault, avocat et doctorant au Département de communication de l'Université de Montréal. Pourtant, les jugements qui prennent en compte le non-verbal ne s'appuient pas sur les recherches scientifiques en la matière.

« J'ai documenté des cas de jugements de tribunaux québécois où le non-verbal est indiqué de façon très explicite dans le jugement à l'effet qu'un état mental, ou même la crédibilité de la personne, est affecté. »

—  Vincent Denault, chargé de cours à l'Université de Montréal et assistant de recherche au Centre de recherche sur la communication et la santé de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)