•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Plan rapproché de la main d'un fumeur tenant une cigarette allumée.
Les fumeurs accumulent des mutations dans les cellules de leurs poumons à un rythme 3 fois plus élevé que les non-fumeurs.PHOTO : getty images/istockphoto / Zhang Rong
Publié le 15 avril 2022

Les exemples sont tout autour de nous : certaines personnes fument toute leur vie sans développer de cancer, alors que des non-fumeurs se retrouvent avec un cancer du poumon. En comparant les mutations génétiques survenues dans les cellules de nombreux participants, une équipe de chercheurs a constaté que toutes les cellules et toutes les personnes n'accumulent pas ces mutations au même rythme. Sophie-Andrée Blondin discute de l'expérience avec Johan Bossé, chercheur à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser