•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Illustration des connexions et des resaux de neurones d'un cerveau.
La barrière hémato-encéphalique est altérée de façon différente par le stress chronique dans les cerveau des hommes et des femmes.PHOTO : getty images/istockphoto / Naeblys
Publié le 24 janvier 2022

Caroline Ménard étudie les effets du stress chronique et de la dépression sur le cerveau des souris avant de vérifier ses observations sur des cerveaux de personnes décédées alors qu'elles souffraient de dépression.

Elle a contribué à identifier l'effet de la maladie sur le cerveau des souris mâles et des hommes, effet localisé dans les zones du cerveau liées au contrôle des émotions et à la récompense. Avec son équipe, elle a maintenant pu observer que, dans le cerveau des femmes, les effets de la dépression se situent plutôt dans le cortex préfrontal, associé à la régulation de l'humeur, à l'anxiété et à la perception de soi. Caroline Ménard discute de ces découvertes récentes avec Sophie-Andrée Blondin.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser