•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les années lumière sur ICI Première.

Anosmie, phantosmie et parosmie : le nez et la COVID-19

Publié le 22 novembre 2020
Une femme sent une tulipe au travers d'un masque de protection.
Chez certaines personnes, la COVID-19 peut altérer les odeurs et le goût des aliments.PHOTO : getty images/istockphoto / mediamasmedia

La perte d'odorat fait partie des symptômes qui apparaissent le plus rapidement chez plusieurs personnes infectées par la COVID-19. Cette manifestation pourrait en faire un outil de détection des vagues d'infections. Par ailleurs, si cette anosmie disparaît généralement après quelques semaines, un certain nombre de personnes gardent des effets plus durables : par exemple les odeurs fantômes, la phantosmie, ou des perceptions erronées d'odeurs connues, la parosmie. Un consortium de plus de 600 chercheurs étudie les liens entre la COVID-19 et les perceptions olfactives. Sophie-Andrée Blondin discute de ces travaux avec Valentina Parma et Veronica Pereda-Loth.