•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Histoire avec Renaud Manuguerra-gagné : L'immunologie

Les années lumière, ICI Première.
Rattrapage du 29 mars 2020 : Spéciale COVID-19

Histoire avec Renaud Manuguerra-gagné : L'immunologie

Un traitement du 19e siècle pourrait-il ralentir la COVID-19?

Une transfusion de sang
Une transfusion de sangPHOTO : iStock
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumièrePublié le 31 mars 2020

Un épisode de la télésérie Les pays d'en haut permet d'illustrer la capsule historique de Renaud Manuguerra-Gagné : alors que le village de Saint-Adèle est frappé par une épidémie de variole, Donalda est la seule à avoir reçu le vaccin contre cette maladie et le médecin du village lui propose de transfuser une partie de son sang à Alexis, pour l'immuniser temporairement contre la maladie. Oui, le transfert de sérum convalescent existait à la fin du 19e siècle et il pourrait possiblement être utilisé à New York pour combattre la COVID-19.

Dans le sang des personnes qui sont guéries d’un virus se trouvent des anticorps. Puisqu’il n’existe pas de vaccin contre la COVID-19, des chercheurs pensent qu’on peut obtenir des anticorps à partir de dons de sang faits par les personnes guéries.

Le personnel soignant retirerait les globules rouges du sang pour ne garder que le plasma, qu’il transférerait à des malades pour temporairement les défendre contre la maladie.

Soulignons que le transfert de sérum convalescent ne remplace pas un vaccin et qu’il n’offre pas une immunisation à long terme.

La Chine l’a utilisé durant la crise de la COVID-19. Deux hôpitaux de l’État de New York l’imiteront et certains établissements canadiens évaluent son utilisation.