•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les années lumière, ICI Première.
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumière

Rattrapage du 27 juin : Un nouvel hominidé, et la grossesse au fil du temps

Résumé

Les détails sur « l'homme dragon », un nouvel hominidé, avec Renaud Manuguerra-Gagné; une entrevue à propos d'une enzyme capable de transcrire l'ARN en ADN, avec Jean-Yves Masson; une chronique sur les couleurs, avec Mélissa Guillemette; un entretien sur l'évolution de la mâchoire des tyrannosaures, avec François Therrien; une discussion sur nos excréments, qui intéressent la science, avec François-Joseph Lapointe et Catherine Bourgault; une chronique sur une nouvelle vision de la botanique; le point sur une forêt-jardin en Colombie-Britannique, avec Alexandre Touchette; et une chronique sur la grossesse et l'évolution, avec Marie-Pier Elie.

  • 12 heures 10 minutes

    Sommaire de l'émission avec Sophie-Andrée Blondin et l'équipe

  • 12 heures 12 minutes

    «L'homme dragon», un nouvel hominidé : Les détails avec Renaud Manuguerra

    Une illustration de ce qu'aurait été l'apparence d'Homo longi.

    L'homme dragon : une nouvelle espèce humaine découverte en Chine

    Cette nouvelle espèce humaine a été identifiée en Chine, à la suite de l'analyse d'un crâne de grande taille très bien préservé. Les scientifiques ont nommé cette espèce Homo longi, l'homme dragon, du nom de la province chinoise où il a été trouvé.
  • 12 heures 25 minutes

    Une enzyme capable de transcire l'ARN en ADN : Entrevue avec J.-Y. Masson

  • 12 heures 35 minutes

    Chronique sur les couleurs avec Mélissa Guillemette

  • 12 heures 46 minutes

    L'évolution de la mâchoire des tyrannosaures : Entretien avec François Therrien

  • 13 heures 6 minutes

    Sommaire de l'émission avec Sophie-Andrée Blondin et l'équipe

  • 13 heures 7 minutes

    La science du caca : Discussion avec F.-J. Lapointe et C. Bourgault

    Une toilette.

    Nos excréments intéressent la science

    On préfère ne pas les voir, mais pour certaines scientifiques, c'est tout autre chose! L'exposition Ô merde! s'est installée au Musée de la civilisation de Québec, et Sophie-Andrée Blondin en profite pour discuter des dernières avancées au sujet du microbiote avec le biologiste François-Joseph Lapointe et des défis technologiques pour réinventer les toilettes avec l'ingénieure Catherine Bourgault.
  • 13 heures 23 minutes

    Chronique La vie secrète des plantes : Une nouvelle vision de la botanique

  • 13 heures 34 minutes

    Une forêt-jardin un Colombie-Britannique : Les explications d'Alexandre Touchette

    Les arbres et arbustes d'un jardin forestier aménagé sur le site d'un ancien village autochtone a survécu pendant 150 ans à l'invasion de la forêt de conifère qui l'entoure.

    Les jardins forestiers de la Colombie-Britannique

    La relation des humains avec les forêts qui les entourent est souvent basée sur une forme d'exploitation qui perturbe et, parfois, détruit ces écosystèmes. Pourtant, ça n'a pas toujours été le cas: les Premières Nations ont su pendant des siècles tirer profit de la forêt tout en augmentant sa biodiversité. Alexandre Touchette nous présente cette semaine le travail de scientifiques qui ont retrouvé l'expression de ce savoir ancestral dans des forêts-jardins de la côte ouest du Canada.
  • 13 heures 47 minutes

    Chronique de Marie-Pier Élie : La grossesse et l'évolution

    Une femme enceinte se tient le ventre.

    La grossesse et l'évolution

    Des nausées qui succèdent à l'enflure, qui succède aux sautes d'humeur, qui succèdent aux nausées, qui succèdent aux engourdissements, qui succèdent aux nausées... Des accouchements qui s'éternisent pendant des heures, voire des jours, accompagnés de douleurs... saisissantes. Tout ça pour mettre au monde un être quasi larvaire, complètement vulnérable, zéro autonome. Pourquoi les lois de la sélection naturelle n'ont-elles pas engendré un contexte plus confortable autour de ce qui est, d'un point de vue purement biologique, le but de l'existence?