•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Les années lumière, ICI Première.
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumière

Rattrapage du 28 févr. 2021 : La première semaine du robot Perseverance, l'arrivée du premier chien en Amérique, et les chèvres intellectuelles

Résumé

Entrevue avec Farah Alibay sur la première semaine du robot Perseverance sur Mars; explications de Gino Harel au sujet de nouvelles pistes de traitement contre la COVID-19; le point avec Damien Grapton à propos d'un gène qui protège du froid; reportage au sujet d'un laboratoire qui étudie la décomposition des cadavres en milieu nordique; reportage de Renaud Manuguerra-Gagné sur l'arrivée des chiens et des premiers humains en Amérique; chronique de Marie-Pier Elie sur les risques de contamination sur la planète Mars; et entrevue avec Pascal Savary à propos des chèvres qui aiment les défis intellectuels.

  • 12 heures 10 minutes

    Sommaire de l'émission avec Sophie-Andrée Blondin et l'équipe

  • 12 heures 13 minutes

    Première semaine sur Mars pour le robot Perseverance : Entrevue avec Farah Alibay

    Image panoramique prise le 20 février 2021 par les caméras de navigation de l'astromobile Perseverance.

    Les dernières nouvelles au sujet de Perseverance

    Que s'est-il passé pendant la première semaine du robot sur la surface de la planète rouge? Que sait-on de plus sur les détails de l'atterrissage? L'ingénieure Farah Alibay collabore aux opérations de surface du robot pour la NASA, l'Agence spatiale américaine. Après son quart de travail de nuit, elle a donné à Sophie-Andrée Blondin des informations techniques sur les premiers pas de l'astromobile.
  • 12 heures 28 minutes

    De nouvelles pistes de traitements contre la COVID-19 : Les détails avec G. Harel

    On aperçoit deux mains avec des gants médicaux bleus qui manipulent un échantillon de sang dans un laboratoire tout blanc.

    La biobanque de la COVID-19 profite à la science

    Deux études réalisées récemment témoignent de l'utilité du projet de la Biobanque québécoise de la COVID-19. L'une d'elles a été publiée cette semaine dans la revue Nature Medicine. Gino Harel rend compte des avancées de ce vaste projet de recherche.
  • 12 heures 41 minutes

    Un gène qui protège du froid : Le point avec Damien Grapton

  • 12 heures 49 minutes

    Les effets de la crise de la COVID-19 sur les priorités de recherche au Canada

  • 13 heures 6 minutes

    Sommaire de l'émission avec Sophie-Andrée Blondin et l'équipe

  • 13 heures 7 minutes

    Étudier la décomposition des cadavres en milieu nordique

  • 13 heures 21 minutes

    L'arrivée des chiens et des premiers humains en Amérique

    Un fragment d'os posé à côté d'une pièce de monnaie américaine.

    Sur la piste des premiers chiens d’Amérique

    En 1998, un petit fragment d'os de moins de deux centimètres a été extrait d'une caverne se trouvant sur la côte de l'Alaska. En raison de sa petite taille, il était difficile de dire à quelle espèce appartenait ce fragment. Comme l'endroit étant riche en ossements de différents animaux, dont des ours, les scientifiques de l'époque ont supposé qu'il s'agissait d'un os d'ours parmi tant d'autres. Or, comme le rapporte Renaud Manuguerra-Gagné, dans les faits, il appartenait à un chien.
  • 13 heures 34 minutes

    Les risques de contamination sur la planète Mars : Chronique de Marie-Pier Élie

    La planète Mars.

    Nos microbes peuvent-ils contaminer Mars?

    La vie terrestre risque-t-elle de contaminer la vie extraterrestre? À l'inverse, des microbes venus de Mars ou d'ailleurs pourraient-ils chambouler nos écosystèmes? Chaque sonde qu'on envoie dans l'espace transporte quelque 300 000 minuscules passagers clandestins, des micro-organismes endurcis qui pourraient peut-être survivre au voyage. Ça pourrait vouloir dire qu'il y a bel et bien de la vie sur Mars : de la vie qu'on aurait soi-même envoyée là-bas! Et que, si on la trouve, il sera difficile de savoir si elle est martienne ou terrestre.
  • 13 heures 47 minutes

    Des chèvres qui aiment les défis intellectuels : Entrevue avec Pascal Savary

    Un groupe de chèvres dans un champ.

    La loi du moindre effort... pas pour les chèvres!

    Des chercheurs suisses ont montré que les chèvres laitières, lorsqu'on leur en donne l'occasion, préfèrent accéder à la nourriture après avoir relevé un défi intellectuel. Ces travaux permettront d'améliorer le bien-être des animaux d'élevage en répondant plus adéquatement à leurs besoins cognitifs. Pascal Savary explique le déroulement et le but de ces travaux à Sophie-Andrée Blondin.