•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les années lumière, ICI Première.
Les années lumière, ICI Première.
Les années lumière

Rattrapage du 26 avr. 2020 : COVID-19 – vaccin et âgisme biologique

Résumé

Gino Harel s'intéresse à la pratique qui consiste à infecter délibérément des gens pour la science; Chantal Srivastava explique comment établir un plan de déconfinement; Renaud Manuguerra-Gagné fait le point sur les enfants et la COVID-19; Marie-Pier Élie répond à la question de science suivante : le coronavirus a-t-il une odeur?; et Delphine Sauce se penche sur les particularités du système immunitaire des personnes âgées.

  • 12 heures

    Radiojournal

  • 12 heures 8 minutes

    Nouvelles régionales Montréal

  • 12 heures 10 minutes

    Sommaire de l'émission avec Sophie-Andrée Blondin et l'équipe

  • 12 heures 13 minutes

    Des volontaires pour être contaminés par le coronavirus : Le point avec G. Harel

    Un gros plan d'une seringue avec un vaccin.

    Prêts à se faire infecter par la COVID-19 pour mettre au point un vaccin

    Près de 4000 personnes ont déjà donné leur nom à un organisme qui recrute des volontaires pour un éventuel essai clinique, dans le but de mettre au point un vaccin. Infecter délibérément des gens pour la science, ça s'est déjà fait, nous explique Gino Harel. Plusieurs conditions doivent cependant être réunies.
  • 12 heures 27 minutes

    Établir un plan de déconfinement : Les explications de Chantal Srivastava

  • 12 heures 35 minutes

    Les enfants et la COVID-19 : Le point avec Renaud Manuguerra

    Une fillette fixe un dessin d'arc-en-ciel à une fenêtre.

    Les enfants face à la Covid-19

    Les enfants et les adultes ne réagissent pas à la pandémie actuelle de la même façon. Le phénomène a été remarqué très tôt lors d'études en Chine, puis a été confirmé par des observations en Europe et aux États-Unis. Renaud Manuguerra-Gagné a discuté avec des spécialistes de la question pour mieux comprendre ce qu'on sait et ce qu'on ne sait pas encore.
  • 12 heures 48 minutes

    La technologie au service de l'autosuffisance alimentaire

  • 13 heures

    Bulletin régional - CBF

  • 13 heures 6 minutes

    Sommaire de l'émission avec Sophie-Andrée Blondin et l'équipe

  • 13 heures 7 minutes

    Des solutions issues des nanotechnologies pour lutter contre le SRAS-CoV-2

    Illustration d'un virus sur lequel agit une particule scintillante.

    COVID-19 : le monde des nanos en effervescence

    Détecter, lutter et traiter la COVID-19 à la même échelle que le virus SRAS-CoV-2. Des chercheurs s'activent pour trouver des solutions dans le monde de l'infiniment petit, soit celui des nanotechologies. Ce domaine, qui réunit plusieurs disciplines, fait référence à la manipulation et l'étude de la matière à des dimensions de 1 à 100 nanomètres (1 nanomètre = un milliardième de mètre). Certains chercheurs croient que pour vaincre l'ennemi, il faut toute une armée de petits soldats de même taille que le virus lui-même.
  • 13 heures 20 minutes

    Des chiens pour détecter la COVID-19 : Les explications de Marie-Pier Élie

    Un plan rapproché du museau d'un labrador.

    Le coronavirus a-t-il une odeur?

    La typhoïde aurait une odeur de boulangerie. La fièvre jaune, une odeur de boucherie. La tuberculose sentirait la bière qui a tourné et le diabète, les pommes pourries. Mais quelle est l'odeur de la COVID-19? Si, comme plusieurs autres maladies, celle-ci modifie bel et bien l'odeur corporelle, on pourrait bientôt avoir de nouveaux détecteurs mobiles et poilus : des chiens, dont l'odorat serait au moins 10 000 fois supérieur au nôtre, et qu'on entraînerait pour détecter les personnes infectées par le coronavirus.
  • 13 heures 31 minutes

    Le système immunitaire des personnes âgées : Entrevue avec Delphine Sauce

    Un couple prépare le repas.

    Confinement : fait-on de l'âgisme biologique?

    Fait-on de l'âgisme en ciblant les personnes plus âgées pour qu'elles restent confinées? Leur système immunitaire est-il nécessairement moins efficace devant le coronavirus, même si elles sont en bonne santé? Sophie-Andrée Blondin discute avec Delphine Sauce des particularités du système immunitaire des personnes âgées.
  • 13 heures 42 minutes

    Revue de l'actualité scientifique de la semaine

  • 13 heures 48 minutes

    Le deuil et les catastrophes : Entrevue avec Luce Des Aulniers