•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Old Stock  :  un spectacle hybride et humaniste

Le réveil Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve et Labrador, ICI Première.
Rattrapage du mardi 3 août 2021

Old Stock  :  un spectacle hybride et humaniste

Old Stock  :  un spectacle hybride et humaniste

Un chanteur vêtu d'un chapeau haut de forme sur scène.
Le spectacle Old Stock: A Refugee Love Story est une comédie musicale inspirée d'une histoire vraie mettant en vedette Ben Caplan.PHOTO : Centre des arts de la Confédération

Le spectacle Old Stock : A refugee love story sera présenté au Centre des arts de la Confédération à Charlottetown à compter du 12 août. Il raconte l'histoire vraie de deux réfugiés juifs roumains qui se sont rencontrés en 1908 à leur arrivée à Halifax, et met en scène l'auteur-compositeur-interprète Ben Caplan.

Les deux réfugiés dont il est question dans le spectacle sont les arrière-grands-parents de l’autrice de l'histoire, la dramaturge Hannah Moscovitch.

Elle a fait énormément de recherches pour développer ce scénario. De nombreux détails ont été perdus. Hannah [Moscovitch] a créé cette histoire en utilisant une mosaïque de documents historiques, de reportages de journaux et d'anecdotes familiales, détaille Ben Caplan.

Le Centre des arts de la Confédération décrit sur son site internet une fusion entre concert et drame, une comédie musicale hybride, qui mêle la musique folk et la musique traditionnelle klezmer.

« C'est vraiment un mélange de théâtre et de concert. »

—  Ben Caplan

La musique klezmer fait référence à une tradition de musique folklorique juive originaire d'Europe de l'Est. C'est une musique de mariage, de danse, d'événements sociaux. Elle est souvent joyeuse, mais contient presque toujours un peu de tristesse, explique Ben Caplan.

« Nous voyons leur humanité »

L'idée de raconter l'histoire de ces deux réfugiés roumains a germé alors que l'artiste néo-écossais et le metteur en scène Christian Barry réfléchissaient à des scénarios pour travailler ensemble en 2015.

Nous avons vu les images des réfugiés syriens fuyant pour sauver leur vie, l'image du jeune Alan Kurdi échoué sur une plage. Nous savions qu'il serait important de raconter une histoire sur des personnes qui ont fait face aux mêmes défis et à la même discrimination, se souvient Ben Caplan.

« Cela aurait pu être à propos de mes propres arrière-grands-parents, qui sont arrivés à peu près à la même époque. »

—  Ben Caplan

Le musicien évoque les défis auxquels ces personnes ont fait face, les obstacles franchis pour avoir une nouvelle vie au Canada. Plus que tout, nous voyons leur humanité, cette humanité qui se perd si souvent dans les discours contemporains sur la migration, lance Ben Caplan.

En mettant en scène l'histoire des deux amoureux roumains, vieille de plus d'un siècle, la pièce fait écho aux réfugiés d'aujourd'hui et véhicule ainsi, selon Ben Caplan, un message humaniste : Il faut se rappeler que ces réfugiés seront dans 100 ans les arrière-grands-parents de Canadiens.

Le spectacle, qui a déjà été présenté aux États-Unis, en Europe et en Australie notamment, sera donné à Charlottetown tous les jours du lundi au samedi, du 12 août au 4 septembre.

Avec les informations de Laurent Rigaux