•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La réalité d'une enseignante durant la pandémie de COVID-19

Le réveil Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve et Labrador, ICI Première.
Rattrapage du mardi 3 novembre 2020

La réalité d'une enseignante durant la pandémie de COVID-19

Une enseignante au CSAP considère cette année comme étant « la plus difficile » de sa carrière

Jacqueline LeVert en entrevue à l'extérieur, dans un décor automnal.
L'enseignante au CSAP Jacqueline LeVert considère que cette année est «la plus difficile» de sa carrière depuis 28 ans.PHOTO : Radio-Canada / David Laughlin/CBC

Quelques mois après une rentrée scolaire qui a été tout, sauf ordinaire, il y a encore du stress chez les employés, selon une enseignante du Conseil scolaire acadien provincial de la Nouvelle-Écosse.

C’est déjà assez exigeant quand tout est normal, être enseignant, reconnaît Jacqueline LeVert, mentore en francisation au Conseil scolaire acadien provincial. Elle travaille avec les élèves du primaire, de la première et de la deuxième année.

Cette enseignante, aussi représentante syndicale, enseigne depuis 28 ans. Elle considère cette année comme étant « la plus difficile » de sa carrière.

« On a tous les maux, les privilèges et la beauté de la société avec lesquels on doit travailler. Dans une pandémie, où on s’inquiète de beaucoup d’autres choses en plus, ça rend la tâche encore plus difficile. »

— Une citation de  Jacqueline LeVert, mentore en francisation au CSAP

Manque de temps pour se préparer

Les enseignants ont dû repenser la façon dont ils enseignent, mais sans avoir plus de temps pour le faire, selon son témoignage.

Sans avoir eu des journées pédagogiques pour collaborer avec les collègues ou du temps après l’école. Le premier ministre nous a dit qu’on a eu quelques mois de congé, ce qui n’est pas vrai : on a travaillé pendant ces mois. On n'a pas les moments qu’on a besoin pour se réadapter. On le fait, mais on pourrait mieux le faire.

Garder la distanciation physique entre le personnel et les élèves, de même qu'entre eux-mêmes, en plus de la saison de la grippe qui s’en vient : toute cette situation pèse beaucoup au quotidien.

On veut tout faire de bien, mais c’est épuisant jour après jour, admet Mme LeVert.

Pour écouter l'entrevue complète avec Jacqueline LeVert, cliquez sur l'audiofil.