•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Halifax a de grands projets pour son service de traversier

Le réveil Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve et Labrador, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 25 juin 2021

Halifax a de grands projets pour son service de traversier

Transport en commun: Halifax redécouvre les possibilités de son grand havre

Vue sur le havre d'Halifax avec le traversier.
Le traversier Halifax-Dartmouth.PHOTO : Radio-Canada / François Pierre Dufault

La Municipalité régionale d'Halifax a de grands projets pour son service de traversier. Après avoir abandonné l'idée d'un train de banlieue pour améliorer l'efficacité de son réseau de transport en commun, la cité portuaire redécouvre les possibilités que lui offre son grand havre.

Du milieu du 18e siècle jusqu'à l'ouverture du pont Angus-L.-Macdonald en 1955, le plus vieux service de traversier en eaux salées en Amérique du Nord a représenté le moyen le plus rapide et le plus efficace de passer d'une rive à l'autre du havre que les Premières Nations appellent K'jipuktuk.

La capitale de la Nouvelle-Écosse prévoit un investissement de plus de 100 millions de dollars dans ses traversiers municipaux, afin de desservir trois nouveaux quartiers riverains.

Nous allons assister à une expansion du service de traversier qui déplacera les gens sans les faire circuler sur les routes, affirme le maire adjoint d'Halifax, Tim Outhit, qui est aussi conseiller du secteur de Bedford au coeur de la prochaine phase de prolongement du service de traversier d'Halifax Transit.

« Nous utilisons ce qui nous a été donné, à savoir un merveilleux port et des bassins libres de glace. »

— Une citation de  Tim Outhit, maire adjoint de la Municipalité régionale d'Halifax

Une dizaine de traversiers ultrarapides

Pour ce projet, Halifax veut se doter d'une dizaine de traversiers électriques ultrarapides qui seraient capables, par exemple, de relier Bedford et le centre-ville de deux à trois fois plus vite que la voiture ou l'autobus aux heures de pointe.

Les gouvernements fédéral, provincial et municipal ont déjà annoncé un peu plus de 3 millions de dollars pour une première phase de planification.

Il s'agit d'un modèle à suivre en matière de transport en commun, selon le professeur Ahsan Habib, qui dirige un groupe de recherche sur les transports à l'Université Dalhousie, à Halifax.

L'ajout de routes [...] ne résoudra pas nos problèmes d'engorgement, dit-il.

Mais le transport par bateau à lui seul ne suffira pas pour répondre aux besoins des Haligoniens, prévient Scott Edgar, le président de l'organisme It's More Than Buses.

Ce dernier milite pour un réseau de transport rapide par autobus, en plus d'un meilleur service de traversier.

Cet été, sur les ondes d'ICI Première, le journaliste François Pierre Dufault propose « Grand angle sur la Nouvelle-Écosse », une série de reportages d'affaires publiques sur des enjeux municipaux ou provinciaux.