•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 9 juin 2021

Les élèves de l'école Évangéline écrivent à leurs correspondants en Normandie

Les élèves de l'école Évangéline écrivent à leurs correspondants en Normandie

Publié le 9 juin 2021
Des enfants donnent des lettres à une employée de Poste Canada.
Les élèves de 5e année de l'école Évangéline ont donné leurs lettres à Poste Canada, direction la Normandie. PHOTO : Radio-Canada / Laurent Rigaux

Il y avait de l'effervescence devant l'école Évangéline à Abram-Village mardi 8 juin. Les élèves de la 5e année avaient rendez-vous avec Poste Canada pour remettre des lettres, destination la Normandie.

L'échange épistolaire a commencé à l'automne 2020 entre les élèves insulaires et ceux de l'école Joliot-Curie à Blainville-sur-Orne, petit village situé juste à côté de Caen, dans le département du Calvados.

Après un premier aller-retour, les élèves de l'école Évangéline ont envoyé leurs secondes missives à l'école normande. Le paquet de lettres est aggrémenté de cadeaux, comme un CD de Sirène et Matelot, un livre de cuisine acadienne ou encore un exemplaire d'un guide touristique de l'Île.

Une enfant montre un dessin et un livre de cuisine dans une salle de classe.

Les élèves de la 5e année de l'école Évangéline ont envoyé des cadeaux à leurs correspondants en Normandie, dont un livre de cuisine acadienne.

Radio-Canada / Laurent Rigaux

J'ai parlé à mon correspondant de ce qu'est l'Acadie est pour moi, ce qu'on mange, où je vis, ce que je fais, explique Jill Adams.

Jill Adams.

Jill Adams raconte que sa correspondante vit dans un petit village comme elle : « J'ai trouvé qu'on a beaucoup en commun ».

Radio-Canada / Laurent Rigaux

« Elle m'a écrit qu'elle vit dans un petit village comme moi, j'ai trouvé qu'on a beaucoup en commun. »

—  Jill Adams

J'ai aimé son écriture, puis je connais plus la Normandie, raconte Alexandra Fisk à propos de sa correspondante.

Alexandra Fisk.

« Elle aime les chiens, les chats et les chevaux », raconte Alexandra Fisk à propos de sa correspondante.

Radio-Canada / Laurent Rigaux

L'échange a donné à Riel Arsenault l'envie de visiter la Normandie : J'aimerais aller visiter ce gros château dans l'eau, c'est vraiment beau ça.

 Le Mont Saint-Michel à marée basse.

Le Mont Saint-Michel à marée basse.

Radio-Canada / Marie-Eve Bedard

L'enseignante, Maude Bertrand, souligne que l'initiative permet de promouvoir la francophonie.

L'enseignante Maude Bertrand.

Pour Maude Bertrand, enseignante en 5e année à l'école Évangéline, l'échange de lettres avec des enfants normands permet de montrer à ses élèves qu'il y a « du français partout autour du monde ».

Radio-Canada / Laurent Rigaux

« Le but est de montrer aux élèves de l'Île-du-Prince-Édouard que le français, ça donne des opportunités de voyages, d'échange, de culture. »

—  Maude Bertrand, enseignante en 5e année à l'école Évangéline

Les lettres ont été collectées sur les coups de 9 heures par Christine Farquharson, employée de Poste Canada à Wellington. Les enfants ont déposé chacun à leur tout leur carte, avec d'un côté le texte, de l'autre un dessin représentant l'Acadie.

Une main dépose un dessin avec un phare aux couleurs de l'Acadie dans un sac.

Au dos de chaque lettre à destination de la Normandie, les enfants de l'école Évangéline ont dessiné quelque chose qui représente l'Acadie.

Radio-Canada / Laurent Rigaux

Une employée de Poste Canada salue les enfants devant leur école.

Christine Farquharson de Poste Canada a récupéré les lettres des enfants de l'école Évangéline, pour les envoyer en France, à Blainville-sur-Orne.

Radio-Canada / Laurent Rigaux

C'est vraiment amusant d'être capable de communiquer de si loin avec du monde qui sont dans une différente "way", réagit Jill Adams.

Le projet est né par hasard, grâce au beau-frère d'une enseignante de l'école Évangéline qui enseigne à Blainville-sur-Orne.

En plus des lettres, les petits insulaires en ont appris plus sur l'histoire, la culture et les traditions de la Normandie à travers des ateliers en classe. Ils ont aussi eu l'occasion d'envoyer des photos de la province à leurs lointains amis.

Riel Arsenault.

Riel Arsenault aimerait visiter la Normandie et le Mont-Saint-Michel, « le gros château sur l'eau ».

Radio-Canada / Laurent Rigaux

Avec les informations de Laurent Rigaux.