•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Pronom iel :  les défis des personnes non-binaires à le faire accepter

Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 18 mai 2022

Pronom iel :  les défis des personnes non-binaires à le faire accepter

Pronom iel :  les défis des personnes non-binaires à le faire accepter

Vincent Mousseau avec un piercing.
Vincent Mousseau, travailleur social, chercheur et étudiant à l’Université Dalhousie PHOTO : Gracieuseté : Daniel Abriel, Université Dalhousie

Le 17 mai 1990 était une date symbolique puisque c'est le jour où l'homosexualité a été retirée de la liste des maladies mentales par l'Organisation mondiale de la santé. Récemment les éditions Robert ont ajouté dans la version en ligne du dictionnaire le prénom « iel ». Ce dernier est utilisé par des personnes qui s'identifient comme non-binaires. Il est possible d'avoir son Identité de genre reconnu dans la majorité des provinces, explique Vincent Mousseau, travailleur social, chercheur et étudiant à l'Université Dalhousie. 

Vincent Mousseau se présente comme personne noire, queer, trans et personne non-binaire qui utilise le pronom « iel ».

Denis s’est entretenue avec Vincent Mousseau