•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Le contrecoup environnemental de la COVID-19

Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Rattrapage du lundi 17 janvier 2022

Le contrecoup environnemental de la COVID-19

Le contrecoup environnemental de la COVID-19

Un masque chirurgical traîne au sol
Les masques, gants et autres équipements de protection personnelle ne sont pas recyclables.PHOTO : CBC/Michael Wilson
Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Le réveil / Île-du-Prince-ÉdouardPublié le 17 janvier 2022

Alors que la lutte contre la pollution par le plastique avait beaucoup progressé ces dernières années, la COVID-19 marque un recul considérable. La consommation de plastique a explosé depuis les premiers confinements.

Les hôpitaux, les établissements de santé et les particuliers produisent plus de déchets que d'habitude, que ce soit les masques, les gants et autres équipements de protection, mais aussi les tests rapides.

Tous ces matériels pourraient être infectés par le virus, ce qui complique le tri à la source.

Au micro du Réveil, le professeur en génie chimique à Université Laval, Denis Rodrigue, estime que la pandémie va laisser des traces à long terme sur nos habitudes de recyclage, et a fait augmenter de façon considérable certains déchets.

« Les gens vont toujours avoir une certaine crainte à recycler ce qui est contaminé. Ces matériaux contiennent aussi une quantité de fluides. Ça devient encore une fois un problème de tri. Actuellement, ce qui est recommandé et ce n'est pas toujours clair d'une province à l'autre, c'est d'envoyer ça directement aux poubelles. »

— Une citation de  Denis Rodrigue, université Laval

Avec les informations de Denis Duchesne.