•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Jacques Arsenault retrouve la scène à Montréal

Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 13 octobre 2021

Jacques Arsenault retrouve la scène à Montréal

Jacques Arsenault retrouve la scène à Montréal

Jacques Arsenault, souriant, est assis dans un escalier extérieur et est vêtu d'un complet avec noeud papillon.
Le ténor acadien originaire de l'Île-du-Prince-Édouard Jacques Arsenault.PHOTO : Gracieuseté Jacques Arsenault
Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Le réveil / Île-du-Prince-ÉdouardPublié le 13 octobre 2021

Le chanteur originaire de l'Île-du-Prince-Édouard, Jacques Arsenault, va jouer dans L'orangeraie, un opéra créé par la compagnie Chants libres basée à Montréal. L'occasion pour le ténor de retrouver sur scène d'autres chanteurs acadiens.

L'opéra L'orangeraie est basé sur le roman du même nom, écrit par Larry Tremblay. L'adaptation est l'œuvre de Zar Moultaka côté musique, et de Pauline Vaillancourt côté mise en scène.

Il s'agit du récit d'une famille confrontée à l'horreur de la guerre. Jacques Arsenault joue le rôle d'un père qui doit choisir lequel de ses jumeaux ira commettre un attentat suicide pour venger la mort de ses propres parents, tués dans un bombardement.

Au micro du Réveil, Jacques Arsenault revient sur le scénario de l'opéra, sur sa complexité sur le plan du chant et sur son plaisir de retrouver la scène après des mois de pandémie, notamment en compagnie d'autres chanteurs originaires de l'Acadie.

« Ce n'est certainement pas une comédie, c'est lourd comme sujet. Le message ultime de l'œuvre est un message de paix. C'est une histoire de guerre, donc c'est logique que la musique soit plus difficile, c'est moins évident de l'apprendre et de la mémoriser. On sent qu'on est parfois en train de baigner dans un bol de gruau, il n'y a aucun repère, beaucoup de rythmes difficiles. »

—  Jacques Arsenault

Avec les informations de Laurent Rigaux.