•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les défis du ministère des Pêches

Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Rattrapage du mardi 12 octobre 2021

Les défis du ministère des Pêches

Le ministère des Pêches risqué pour les députés de l'Atlantique, selon un politologue

Bernadette Jordan interviewée.
La ministre sortante des Pêches, Bernadette Jordan, a été défaite par le conservateur Rick Perkins, alors qu'elle poursuivait un troisième mandat.PHOTO : Radio-Canada
Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Le réveil / Île-du-Prince-ÉdouardPublié le 12 octobre 2021

La composition du conseil des ministres du nouveau gouvernement minoritaire libéral de Justin Trudeau n'est pas encore connue. Beaucoup de résidents de l'Atlantique ont particulièrement hâte de savoir qui deviendra ministre des Pêches et des Océans.

Le dossier de la pêche autochtone de subsistance est devenu un épineux problème, qui a contribué en partie à la défaite de la ministre sortante, Bernadette Jordan.

Pour avoir une autre perspective sur ce ministère, le chef de la Première Nation Sipena'katik, Mike Sack, a suggéré que le ou la future ministre des Pêches vienne du centre du pays plutôt que de l'est ou de l'ouest comme on en a l'habitude.

Selon le professeur de sciences politiques à l'Université du Cap-Breton, Tom Urbaniak, le portefeuille des pêches est devenu en quelque sorte toxique pour les députés de la région.

« Les ministres ne restent pas longtemps. Ces dernières décennies, c'est très courant d'avoir un ministre qui reste deux ans en moyenne. Je pense que le premier ministre va être tenté de nommer quelqu'un qui vient d'ailleurs, par exemple de la côte ouest, cette fois-ci. Ça prend un poids lourd bien sûr, quelqu'un de très expérimenté. »

—  Tom Urbaniak, professeur de sciences politiques

Avec les informations de Denis Duchesne.