•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le festival Route 11 :  une « expérience » à vivre cette fin de semaine

Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 29 juillet 2021

Le festival Route 11 :  une « expérience » à vivre cette fin de semaine

Le festival Route 11 : une nouvelle « expérience » à vivre

Emmanuelle LeBlanc en train de jouer sur scène.
Pour Emmanuelle LeBlanc du groupe Vishtèn (ici lors du concert Music Mosaic 2020), le festival Route 11 est une expérience complète mêlant musique, arts visuels et arts culinaires. « Je pense qu'on a tous besoin d'avoir un peu de fun », lance la musicienne, qui participe avec les autres musiciens du groupe à la production du nouveau festival.PHOTO : Radio-Canada / Laurent Rigaux
Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Le réveil / Île-du-Prince-ÉdouardPublié le 29 juillet 2021

Le nouveau festival Route 11 a lieu du 28 juillet au 1er août entre Summerside et la région Évangéline. L'évènement propose non seulement des spectacles musicaux, mais également des spécialités gastronomiques et des activités pour les gens de tout âge.

Avec de la musique, des repas préparés par des chefs, des arts visuels, des leçons de violon, une soirée de danse carrée, du cerf-volant, de la pêche aux palourdes, des châteaux de sable, ainsi que des artistes tels que Vishtèn, Lennie Gallant, Shane Pendergast, le festival Route 11 se veut une expérience complète.

C'est la première édition cette année et ça remplace en quelque sorte le Jamboree Atlantique des violoneux, détaille Emmanuelle LeBlanc, du groupe Vishtèn, membre du comité du précédent festival dédié au violon et du festival Route 11 qui prend sa place.

Ça fait longtemps que je suis impliquée ainsi que les autres membres de Vishtèn dans ce projet-ci, qui nous tient beaucoup à cœur, ajoute-t-elle.

La route 11 part de Summerside et se rend jusque dans la région Évangéline. Les évènements du festival se déroulent le long de ce parcours.

L'évènement a débuté mercredi à la brasserie Evermore à Summerside avec une soirée de musique traditionnelle. Il se poursuit au même endroit jeudi avec une soirée de danse carrée.

Du vendredi au dimanche, l'ensemble de la programmation est présenté au Centre Goéland, à Mont-Carmel. Vendredi dans la journée, un camp de violon et de podorythmie permettra au public d'apprendre à jouer avec des artistes de l'île. Vendredi soir, samedi soir et dimanche midi, des concerts-repas sont organisés avec la participation de chefs locaux.

Samedi, la journée est consacrée aux familles, avec des activités gratuites à la plage. Et des œuvres d'artistes locaux sont exposées aux différents lieux du festival.

Les personnes qui vont venir au festival, les gens qui viennent à l'Île ou qui sont de la région, je pense qu'ils aiment avoir une expérience, profiter de tout ce qui est local, de tout ce qui est vraiment de la région, explique Emmanuelle LeBlanc, qui vante une expérience complète mêlant musique, arts visuels et arts culinaires.

« À l'Île, on est chanceux, on a vraiment de bons produits, des chefs exceptionnels, des gens très créatifs. On avait le goût de présenter ça. »

—  Emanuelle LeBlanc

Le festival se déroule tandis que les restrictions sanitaires commencent à être levées, souligne Emmanuelle LeBlanc : Je pense qu'on a tous besoin d'avoir un peu de fun, un peu d'expériences, de passer du temps avec des musiciens, avec des touristes, avec le public, avec la communauté.

Le nombre de place reste limité. Seules deux cohortes de 50 personnes sont admissibles aux évènements. Pour Emmanuelle LeBlanc, cela permet de tester la nouvelle formule avant d'en envisager une plus importante pour l'année prochaine.

Avec les informations de Laurent Rigaux