•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La santé des sols à l'Île-du-Prince-Édouard :  une priorité!

Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 28 juillet 2021

La santé des sols à l'Île-du-Prince-Édouard :  une priorité!

La santé des sols à l'Île-du-Prince-Édouard : une priorité

Judith Nyiraneza montre les racines du sorgho, sur un champ.
La scientifique et coresponsable du Laboratoire vivant de Charlottetown, la Dre Judith Nyiraneza, insiste sur l'enjeu de la conservation des sols et de leur qualité pour les générations futures.PHOTO : CBC / Nancy Russell
Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Le réveil / Île-du-Prince-ÉdouardPublié le 28 juillet 2021

Le 28 juillet est la Journée mondiale de conservation de la nature, une journée pour sensibiliser les citoyens à la protection des ressources naturelles. À l'Île-du-Prince-Édouard, le Laboratoire vivant Atlantique propose une visite virtuelle, par le biais des médias sociaux, pour faire découvrir ses sites et son rôle dans la protection de l'environnement.

Ce laboratoire fait partie d’une initiative pancanadienne qui regroupe des agriculteurs et des scientifiques afin de réfléchir à des pratiques novatrices pour lutter contre les problèmes environnementaux, comme la santé des sols ou le manque de biodiversité.

La scientifique et coresponsable du Laboratoire vivant de Charlottetown, la Dre Judith Nyiraneza, insiste sur la conservation des sols et de leur qualité.

À l'Île-du-Prince Édouard, la qualité de l'eau et la santé des sols sont des priorités qui ont été identifiées en collaboration avec les gouvernements provincial et fédéral, le secteur privé et les producteurs, détaille-t-elle, en référence à l'initiative Laboratoire vivant Atlantique.

Produire aujourd'hui, ça ne veut pas dire qu'on va produire dans 50 ans, poursuit Judith Nyiraneza, qui note que les producteurs ont à cœur de léguer une terre en bonne santé aux générations futures.

En tant que citoyens, si l’on parle de la conservation de la nature, il y a de petits gestes qui comptent, explique la scientifique, citant l'utilisation de bouteilles recyclables, la lutte contre le gaspillage alimentaire. Elle note cependant qu'en ce qui concerne la santé des sols, ce sont les producteurs en premier, et les chercheurs, qui doivent travailler sur des pratiques bénéfiques [à] long terme.

Avec les informations de Denis Duchesne