•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Grand angle :  les circonscriptions acadiennes de la N.-É.

Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 23 juillet 2021

Grand angle :  les circonscriptions acadiennes de la N.-É.

Les électeurs acadiens retrouvent les circonscriptions protégées

Drapeau de l'Acadie fixé à une boîte aux lettres en bordure d'une route.
Un drapeau de l'Acadie en Nouvelle-Écosse.PHOTO : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet
Le réveil Île-du-Prince-Édouard, ICI Première.
Le réveil / Île-du-Prince-ÉdouardPublié le 23 juillet 2021

Les électeurs de trois régions acadiennes de la Nouvelle-Écosse pourront voter le 17 août prochain dans des circonscriptions dites « protégées », rétablies après une longue lutte pour faire reconnaître le principe de représentation effective.

Natalie Robichaud ne cache pas sa joie. C'est un énorme plaisir, confie la directrice générale de la Société acadienne de Clare, dans le sud-ouest de la province.

C'est certainement une victoire pour nous.

Les circonscriptions électorales « protégées » sont généralement de plus petite taille que les autres.

Leur but est de permettre une plus grande concentration du vote d'un groupe minoritaire, et de rendre plus probable l'élection d'un député issu de cette communauté.

Le vote acadien dilué

En 2012, la Commission de délimitation des circonscriptions électorales de la Nouvelle-Écosse a recommandé l'abolition des circonscriptions d'Argyle et de Clare dans le sud-ouest de la province, et de la circonscription de Richmond sur l'île du Cap-Breton.

Tout au long du processus de redécoupage de la carte électorale, cette année-là, le gouvernement néo-démocrate de Darrell Dexter a insisté pour qu'aucune circonscription ne soit 25% plus grande ou plus petite que les autres.

Le vote acadien s'est alors retrouvé dilué dans des circonscriptions plus grandes, majoritairement anglophones, et parfois représentées par des élus unilingues anglophones.

Ce n'est pas juste une histoire de langue. C'est une histoire de culture aussi. L'Acadie a tout son bagage historique. Je pense sincèrement que [mon député] a fait de son mieux. Mais il regrettait de ne pas pouvoir réellement comprendre nos besoins, raconte Natalie Robichaud.

« On a le Congrès mondial acadien qui s'en vient en 2024. [...] Tant mieux si on a des députés qui nous appuient et qui comprennent la valeur du Congrès, parce que c'est vraiment énorme pour nous autres. »

—  Natalie Robichaud, directrice générale de la Société acadienne de Clare

La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE) a mené une longue bataille devant les tribunaux contre l’abolition des circonscriptions « protégées ». En 2017, la Cour d’appel de la province a jugé inconstitutionnelle la décision de l’ancien gouvernement Dexter.

Une nouvelle Commission de délimitation des circonscriptions électorales a ensuite recommandé le rétablissement des circonscriptions acadiennes de Clare, Argyle et Richmond, et ainsi que de la circonscription afro-néo-écossaise de Preston.

Chéticamp attend toujours

La FANE a aussi tenté d'obtenir une quatrième circonscription acadienne pour Chéticamp, sur l'île du Cap-Breton. Mais elle a essuyé un refus des responsables du redécoupage de la carte électorale.

L'affaire est maintenant devant les tribunaux.

L'avocat Réjean Aucoin milite pour la création d'une circonscription acadienne pour Chéticamp qui serait séparée du reste du comté d'Inverness.

C'est toujours du pareil au même. On a des représentants et des candidats qui ne sont pas bilingues, qui ne viennent pas de la communauté et qui ne sont pas d'origine acadienne, déplore-t-il.

En vue des prochaines élections, la FANE demande à tous les partis politiques s'ils croient que Chéticamp mérite sa propre circonscription.

Mais elle dit faire très attention de ne pas politiser l'enjeu. Une circonscription créée par la voie politique pourrait être retirée par la voie politique aussi, prévient le président de l'organisme Kenneth Deveau.

Cet été, sur les ondes d'ICI Première, le journaliste François Pierre Dufault propose « Grand angle sur la Nouvelle-Écosse », une série de reportages d'affaires publiques sur des enjeux municipaux ou provinciaux.