•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Des initiatives en vérité et réconciliation pour la police du Grand Sudbury

Le matin du Nord, Ici premiere
Rattrapage du jeudi 8 septembre 2022

Des initiatives en vérité et réconciliation pour la police du Grand Sudbury

Des policiers marchent 10 000 km à la mémoire des enfants autochtones

Les agentes Anik Dennie et Katrina Pitawanakwat
Les agentes Anik Dennie et Katrina Pitawanakwat marchent régulièrement dans la forêt, dans le cadre de ce grand relais de 10 000 kilomètres des policiers de la ville du Grand Sudbury.PHOTO : Radio-Canada / Frédéric Projean
Le matin du Nord, Ici premiere
Le matin du NordPublié le 8 septembre 2022

Parcourir 10 000 kilomètres en un mois, à la mémoire des quelque 10 000 enfants qui ont été placés dans des pensionnats pour Autochtones, et qui n’en sont jamais revenus.

C’est le défi que relèvent ces jours-ci une centaine de policiers du Grand Sudbury, inspirés par une initiative semblable réalisée dans un centre de santé autochtone sur l’Île Manitoulin, au cours de l’été.

L'agente de police Anik Dennie a choisi la marche en forêt, avec sa conjointe elle-aussi policière et leurs chiens, pour relever ce défi.

Une façon de joindre l'utile à l'agréable, car en plus d'être sensibilisée à la réalité des peuples autochtones, elle se garde en forme et fait le vide après des journées parfois chargées émotionnellement en raison de son travail dans les forces de l'ordre.

« Quand on fait les 10 000 kilomètres, c’est non seulement pour les enfants qu’on tente de retrouver, mais aussi pour ceux qui en sont revenus et ... ça a affecté leur famille.

 »

— Une citation de  Constable Anik Dennis, Service de police du Grand Sudbury
Anik Dennie et son chien

La nature représente un exutoire important pour l'agente Anik Dennie.

Radio-Canada / Frédéric Projean

Formation

Cette initiative du service de police du Grand Sudbury comporte trois volets. Le premier est un relais dans les sentiers pédestres du Grand Sudbury (une sorte de chasse au trésor à la recherche de pierres peintes avec les sept grands enseignements autochtones, NDLR). Il est suivi d'une formation d'une heure sur la vérité et la réconciliation, et enfin, de la lecture des 94 appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

« Ça nous donne des connaissances. Chaque personne a une histoire, et cette histoire-là a été influencée par différentes choses, comme leur historique familial. Le plus tu connais une personne, le plus tu peux adresser leurs besoins.

 »

— Une citation de  Anik Dennie, policière, Sudbury

Le projet se terminera le 30 septembre, à l'occasion de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.