•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Projet audio seulement.
Projet audio seulement.
Rattrapage du mardi 11 mai 2021

Les auteurs s'ennuient des salons du livre

L'absence de salons du livre se fait sentir chez les auteurs et les éditeurs

Publié le 11 mai 2021
Deux jeunes filles bouquinent à un salon du livre.
Deux jeunes filles bouquinent au Salon du livre de Hearst.PHOTO : Radio-Canada / Francis Bouchard

L'annulation des salons du livre, notamment celui de Hearst qui aurait normalement eu lieu en fin de semaine dernière, a des conséquences bien différentes pour les auteurs et pour les éditeurs du nord de l'Ontario.

Chloé LaDuchesse aurait bien aimé pouvoir y lancer officiellement son plus récent livre, Exosquelette, puisqu'elle raffole de ce type d'événement. Les salons du livre lui permettent de faire le plein d'énergie et de partager sa passion de la littérature avec d'autres auteurs et autrices qui l'inspirent. C'est aussi un moment pour rencontrer ses lecteurs.

« Dans ma vie de tous les jours, il n'y a pas une telle concentration de gens qui trippent sur les livres comme moi. Surtout dans les salons plus régionaux, où le contact est beaucoup plus direct avec les auteurs et le public. »

—  Chloé LaDuchesse, autrice
Chloé Leduc-Bélanger alias Chloé LaDuchesse devant un microphone.

Chloé LaDuchesse est la cinquième poète officielle de la Ville du Grand Sudbury.

Radio-Canada / Elsa Simbagoye

Records de ventes

La maison d'édition Prise de Parole est habituellement présente lors des salons, malgré les coûts importants reliés à la location de kiosques, aux déplacements, au transport des auteurs et autrices, notamment. L'éditeur sudburois continue de fréquenter ces événements, même si c'est rarement payant, admet Stéphane Cormier, codirecteur général et directeur de la commercialisation.

Les foires favorisent les achats spontanés, poursuit-il, mais pas assez pour que ça ait un impact significatif sur les revenus. Malgré l'absence des salons comme celui de Hearst, les gens ont acheté des livres, mais autrement, grâce entre autres aux libraires indépendants.

« Pour Prise de Parole, 2020 a été la meilleure année en librairie à vie. Ce qu'on a perdu dans les salons [s'est transformé] en excellentes ventes en livres numériques ou en format papier vendues par les libraires. »

—  Stéphane Cormier, codirecteur général et directeur de la commercialisation, Prise de Parole
Stéphane Cormier se tient debout.

Le membre du comité de développement de la boutique culturelle de la Place des arts du Grand Sudbury, Stéphane Cormier, se dit optimiste quand au succès quant au succès de la composante «librairie» de la boutique.

Radio-Canada / Bienvenu Senga


En suivant le principe d'alternance avec Hearst, le prochain Salon du livre dans le nord de l'Ontario aura lieu l'an prochain à Sudbury.