•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Camps d'été :  ouverts ou fermés cette année?

Le matin du Nord, Ici première
Rattrapage du mardi 6 avril 2021

Camps d'été :  ouverts ou fermés cette année?

Camps d'été: annulation au Camp soleil et adaptation ailleurs dans le Nord

La pancarte du camp Soleil.
Le camp Soleil est situé à Noëlville.PHOTO : Radio-Canada / Frédéric Projean
Le matin du Nord, Ici première
Le matin du NordPublié le 6 avril 2021

Tradition estivale de longue date pour de nombreux enfants francophones du nord de l'Ontario, le Camp soleil n'accueillera pas ses jeunes campeurs cet été, pour une deuxième année consécutive.

C'est à regret que les membres du conseil d'administration du camp se sont résignés la semaine dernière à annuler le camp, en raison de la pandémie qui ne s'essouffle pas.
Devant l'incertitude face aux conditions qui seront imposées par le gouvernement et avec la pression d'accueillir de façon sécuritaire les jeunes campeurs, les organisateurs du Camp Soleil jugent qu'il ne serait pas raisonnable d'organiser le camp cet été.

« Ça ne s'améliorera probablement pas assez pour être capable d'opérer avec une conscience assez claire que ce sera sécuritaire d'emporter 40 jeunes à un camp d'été où les dortoirs couchent jusqu'à 8 jeunes dans la même salle. »

—  Régent Dupuis, président du conseil d'administration du Camp Soleil
Un homme qui sourit

Le président du conseil d'administration du Camp Soleil, Régent Dupuis.

Radio-Canada

Il serait pratiquement impossible financièrement que de n'accueillir que quelques enfants à la fois, ajoute M. Dupuis.

Malgré tout, le camp, qui existe depuis plus de 25 ans, n'est pas en péril. Régent Dupuis assure que son organisation fera tout son possible pour opérer à nouveau le Camp Soleil en 2022.

Timmins

Si le Camp Soleil fait l'impasse sur l'été 2021, le camp Été Soleil organisé par le Centre culturel La Ronde fera son retour cet été, après la pause imposée par la crise sanitaire l'an dernier.
Le camp de jour, un des seuls dans son genre en langue française à Timmins, adaptera ses activités en fonction des normes de santé publique.
La directrice générale, Lisa Bertrand, croit que ce ne sera pas trop difficile de s'y conformer, puisque La Ronde offre déjà des activités avant et après l'école, où les élèves et le personnel doivent se soumettre aux nouvelles règles sanitaires en vigueur depuis la pandémie.
Le port du masque et le lavage fréquent des mains sont devenus « naturels » ou presque pour tout le monde, dit-elle.

« On planifie plus de randonnées, plus de sorties pour que les activités soient plus à l'extérieur. (...) J'ai hâte, j'espère qu'on peut ouvrir. On veut juste le faire grandir. »

—  Lisa Bertrand, directrice générale, Centre culturel La Ronde
Lisa Bertrand devant un mur d'affiches d'artistes variés.

La directrice générale du Centre culturel La Ronde, Lisa Bertrand, a vraiment hâte d'avoir une réponse positive aux gens qui ont hâte de ravoir leur propre centre culturel...

Radio-Canada / Martine Laberge

Mme Bertrand précise que le nombre de participants sera peut-être un peu plus limité, en fonction des normes qui seront imposées par la direction de la santé publique.

Elle rappelle à quel point ce camp d'été est important pour les jeunes francophones qui s'apprêtent à commencer à l'école en septembre et qui profitent ainsi d'une immersion dans un milieu en français.

Science Nord

Science Nord n'avait pas annulé ses camps d'été l'an dernier, malgré la pandémie.
Le centre des sciences continuera d'offrir près d'une quinzaine de camps scientifiques dans diverses communautés du nord de l'Ontario, en plus d'un volet virtuel.
À l'instar de la directrice du centre culturel La Ronde, la scientifique Julie Bertrand explique que les jeunes participants de cette année bénéficieront de l'expérience acquise dans les derniers mois et l'été passé.
C'est vraiment d'adapter ce qu'on fait, puis que les enfants aient quand même la même expérience, sans trop sentir que c'est la pandémie, la pandémie, la pandémie.