•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Les nombreux défis des enseignants de français en milieu minoritaire

Le matin du Nord, Ici premiere
Rattrapage du jeudi 24 novembre 2022

Les nombreux défis des enseignants de français en milieu minoritaire

Les professeurs de français, créateurs d'avenir

Julie Boissonneault en studio à Radio-Canada Sudbury
Julie Boissonneault, chercheuse en résidence au Centre de recherche en civilisation canadienne-française, à l’Université d’Ottawa; professeur émérite de l’Université LaurentiennePHOTO : Radio-Canada / Patrick Wright
Le matin du Nord, Ici premiere
Le matin du NordPublié le 28 novembre 2022

Enseigner en langue minoritaire, c’est difficile, selon la professeure de français, Julie Boissonneault. Elle avance en entrevue que les enseignants et professeurs de français se heurtent à des idées reçues, à des idées généralisées. Ce qui complique l’apprentissage de la langue française. Le fait que le français est parlé par une minorité ne le favorise pas. Elle s'exprime à la suite de la quatrième édition de la Journée internationale des professeurs de français célébrée cette année sous le thème « Le professeur de français, créateur d’avenir ».

Professeure de français depuis plusieurs années et co-rédactrice en chef de la Revue du Nouvel-Ontario, Mme Boissonneault trouve que les enseignants et professeurs en contexte minoritaire font face à de nombreux défis. Elle entrevoit néanmoins une lueur d’espoir pour l’avenir.

« Plus on est exposé à une langue, plus elle est perçue comme étant utile, plus on s’en sert également. Et moins on la juge utile, plus on la dévalorise. La plupart des langues minoritaires vont subir ce contrecoup. »

— Une citation de  Julie Boissonneault

Julie Boissonneault invite les enseignants et professeurs de français à être conscients de la situation dans laquelle vivent les étudiants ou les élèves.

Ils doivent en être conscients pour pouvoir redonner de la valeur à la langue. Pour donner une prémisse sociale utile à l’usage de la langue française. Ils doivent valoriser la langue dans un usage beaucoup plus large que la simple salle de classe. Ça se vit vraiment à l’extérieur, conseille-t-elle.

Julie Boissonneault termine sur un message d’espoir pour l’avenir des professeurs et des enseignants de français dans une société aujourd'hui marquée par une communication de masse.

Tout ne se passe pas en anglais. Le fait d’avoir un répertoire dans d’autres langues, notamment en langue française, donne des avantages certains, conclut-elle.